Il y a à peine quelques mois, l’Australie subissait les plus grands incendies de son histoire à ce jour. Si la catastrophe écologique est sans précédent, on commence tout juste à estimer le nombre de vies humaines perdues.

De novembre 2019 à février 2020, l'Australie a connu des incendies sans précédent. L'heure est à présent aux bilans. Côté faunefaune et flore, les premières estimations faisaient froid dans le dosdos : les incendies ont emporté avec eux un cinquième des forêts australiennes et plus d'un milliard d’animaux.

Côté humain, 33 personnes sont décédées dans des incidents directement liés aux incendies. Une étude, parue dans The Medical Journal of Australia, propose une première estimation des morts indirectes, essentiellement liées à la pollution de l'airair par la fumée. Il y aurait 417 morts supplémentaires.

Voir aussi

Incendies en Australie : quelles conséquences sur la santé et les écosystèmes des mégafeux ?

Un nuage de fumée enveloppe Sydney, le 19 novembre 2019. © Peter Parks, AFP
Un nuage de fumée enveloppe Sydney, le 19 novembre 2019. © Peter Parks, AFP

La fumée des incendies a touché 80 % des 25 millions d’Australiens

L'étude a été menée par un chercheur spécialiste de la pollution atmosphérique à l'université de Tasmanie, Fay Johnston. Il a mis en parallèle le nombre d'hospitalisation, d'admission aux urgences et de morts pour un jour donné avec une carte de la pollution atmosphérique produite par les incendies entre octobre et février. C'est ainsi que selon lui, 417 décès et 1.305 admissions aux urgences pour des crises d'asthmecrises d'asthme sont directement liés aux incendies. Plus de 3.151 personnes ont été admises à l'hôpital pour des troubles respiratoires plus légers.

Cette étude est la première à estimer les pertes humaines liées à cette catastrophe encore récente. Le travail de Fay Johnston indique également que 80 % des Australiens ont été touchés par de la fumée, certains pendant plusieurs semaines d'affilée.