L’épave du Costa-Concordia, avec ses 290 mètres de longueur, est bien visible depuis l’espace. Un satellite de Digital Globe a pu la photographier entre les nuages. Impressionnant.
Cela vous intéressera aussi

Il est rare qu'un satellite puisse photographier un navire vu de profil. C'est pourtant ce que vient de faire, ce 17 janvier, WorldView-1, l'un des satellites gérés par Digital Globe. On voit parfaitement le Costa-Concordia très fortement gîté, pratiquement sur le flanc. On remarque aussi la proximité de la côte de la petite île de Giglio. Le navire aux 8 mètres de tirant d'eau s'est vraiment beaucoup approché des rochers ce soir du vendredi 13 janvier, à 21 h 40.

L'idée du capitaine était de réaliser un « inchino », une « révérence » en italien, c'est-à-dire un passage près d'un port ou d'une ville, tous feux allumés. Il s'agissait de faire plaisir à l'un des responsables des serveursserveurs du bord, originaire de l'île. D'après l'enquête, le grand paquebot de croisière s'est approché à seulement 150 mètres de la côte. Le bilan actuel est de onze morts et une vingtaine de personnes sont encore portées disparues.

La proue du bateau repose sur un banc de sablesable tandis que la poupe est coincée sur des rochers à une vingtaine de mètres de profondeur. La crainte d'une maréemarée existe toujours. L'image, cependant, ne montre pas d'écoulement d'hydrocarburehydrocarbure. Les réservoirs du navire contiennent 2.380 tonnes de fuelfuel, « lourd » disent les experts et surtout froid. Il faudra le réchauffer pour le pomper efficacement. S'il s'échappe, il commencera probablement par s'écouler sur le fond avant de remonter. Les côtes étant très proches, le fuel restera sans doute à proximité. Ce carburant est contenu dans pas moins de 21 compartiments et il y a peu de chances que tous se brisent. Il n'y a donc pas de risque d'une marée noire massive.