Planète

L’extrême en vidéo : un bateau chavire et jette sa marchandise à l’eau

ActualitéClassé sous :développement durable , bateau , navire

Voici un ballastage qui en a étonné plus d'un. Une entreprise canadienne réinvente le déchargement de marchandise par voie navale : elle livre directement les entreprises en laissant flotter les cargaisons, qui trouvent, seules, leur chemin jusqu'au point de destination.

En Colombie-Britannique, au Canada, le bateau Seaspan Phoenix transporte et délivre du bois d’une manière très particulière. © Capture d'écran, Vitaly Petrukhin, YouTube

Des tonnes de bois se déversent dans une rivière de Colombie-Britannique. À première vue, le bateau qui les transportait paraît chavirer. Était-ce parce que les rondins de bois ont été mal disposés sur la grande plateforme du bateau, ou peut-être était-ce à cause d'un courant marin inattendu qui aurait modifié la stabilité du bateau ? Le navire s'incline à presque 30° par rapport à la surface, et finit par perdre sa cargaison. En voici la scène en images, que L’extrême en vidéo se propose d'expliquer.

Cette barge de bois utilise une nouvelle méthode pour vider sa cargaison, elle chavire et s'incline de 30° pour faire descendre les troncs d'arbres dans l'eau. © Justice All, YouTube

La vidéo décryptée : une méthode de déchargement bien rodée

C'est à Vancouver qu'est normalement amarré le Seaspan Phoenix que l'on observe dans cette vidéo, publiée le 15 janvier 2014. Il n'est pas motorisé, on peut d'ailleurs voir sur les images que le cameraman est sur un autre bateau, relié à la barge vedette. Il s'agit du Seaspan King, appartenant à la même compagnie navale. Contrairement à ce que l'on pourrait croire en visionnant ces images pour la première fois, cette barge non motorisée ne chavire pas. Son mouvement est parfaitement contrôlé, l'inclinaison est calculée et la cargaison est volontairement déchargée.

La barge est à son lieu de livraison. Elle s'incline et met à l'eau les rondins de bois, qui iront d'eux-mêmes jusqu'au centre de traitement. Le déchargement est rapide, efficace et facilite le transport du bois. Traditionnellement, les scieries s'installaient en bord de rivière, et laissaient dériver le bois jusqu'aux usines, installées en aval de leurs cargaisons. Mais l'augmentation du transport maritime a peu à peu réduit cette pratique. Les rondins sont dorénavant majoritairement acheminés par camions, cargos ou encore trains jusqu'aux scieries.

Seaspan Phoenix est une solution alternative, qui a le mérite d'étonner. Pour le déchargement, deux formules simples : jouer avec le ballast et laisser la gravité agir ! Le ballast d'un navire, c'est tout simplement un réservoir d'eau qui se remplit et se vidange d'eau de mer pour optimiser la navigation. Ce réservoir augmente la stabilité du bateau, mais dans le cas du Seaspan Phoenix, la barge est déjà très stable et l'eau est calme. Incliner la plateforme à 30° n'est donc pas bien dangereux. Pour cela, il suffit donc de vidanger seulement la cuve de gauche pour déséquilibrer le bateau. Ensuite, la gravité fait son travail.

L’après-vidéo : les semi-submersibles s’y connaissent en ballastage

Si dans cette vidéo, le déchargement étonne par sa rapidité, d'autres navires transportant des marchandises des milliers de fois plus lourdes peuvent mettre quelques heures pour décharger. L'un des plus célèbres navires de marchandise est le Blue Marlin. Ce géant mesure 224,5 m de long et peut porter jusqu'à 73.000 tonnes de marchandises. Pour charger la marchandise sur son pont, le Blue Marlin remplit ses ballasts et se glisse sous sa cargaison pour la soulever sur le pont. Le remplissage et la vidange durent en revanche quelques heures !

Le Blue Marlin est le plus grand navire de transport de marchandises dans le monde et peut transporter jusqu'à 75.000 tonnes. Sa plateforme a la taille de deux terrains de football et est submersible, pouvant être abaissée à quatre mètres sous la surface de l'eau. © NMANewsDirect, YouTube

La méthode de chargement par ballastage n'est toutefois par la seule existante. Parmi les navires de transport gros porteurs, seuls les semi-submersibles, comme le Blue Merlin, sont à ballast. Les cargos les plus communs sont ceux disposant de grandes grues, permettant le chargement depuis le quai vers le bateau. Des navires à pont ouvert peuvent aussi être utilisés : le chargement s'effectue alors à l'arrière, grâce à une rampe. Enfin, des sortes de cales sèches flottantes mais submersibles sont aussi de bons bateaux de marchandises. Pour le bois en tout cas, il ne fait aucun doute que le Seaspan Phoenix est éminemment efficace !

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

---------------

Publiée toutes les deux semaines sur Futura-Sciences, la chronique L’extrême en vidéo décrypte des phénomènes naturels ou des exploits humains à couper le souffle. La nature déchaînée, mystérieuse ou étonnante, et les Hommes qui risquent leur vie pour l'explorer seront les thèmes de ces séquences spectaculaires que nous analyserons avec l'œil du scientifique.