Planète

Dardesheim, la ville produisant plus d’énergie qu’elle n’en consomme

ActualitéClassé sous :développement durable , Dardesheim , Parc éolien de Druiberg

-

La petite ville de Dardesheim, dans le centre de l'Allemagne, a de l'énergie à revendre. Au propre comme au figuré. Car de l'énergie, elle en produit quarante fois plus qu'elle n'en consomme.

Posées au sol, les pales du modèle E112-126 donnent le vertige. Crédit Enercon

La région du Harz prévoit, d'ici quatre ans au maximum, de recourir exclusivement aux énergies renouvelables pour sa population grâce à un ingénieux réseau rassemblant éolien, solaire, hydraulique et biomasse. Déjà, Dardesheim, petite agglomération d'un millier d'habitants, a pleinement atteint cet objectif et se pose ainsi en précurseur.

L'approvisionnement principal en électricité est obtenu grâce à un complexe de 26 éoliennes installées dans le parc de Druiberg, qui détient un record en la matière puisqu'on peut y découvrir la plus grande éolienne du monde. Surnommé affectueusement Goliath, ce modèle E112 construit par la firme Enercon est équipé d'une turbine atteignant à elle seule jusqu'à 6 mégawatts d'électricité. Capable de produire de 12 à 15 millions de kilowatts-heures par an, elle peut assurer la consommation moyenne de 4.000 foyers.

Goliath, avec son rotor de 112 mètres de diamètre (d'où son nom, E112). Crédit Enercon

Des sources multiples

Des panneaux de capteurs solaires photovoltaïques ont aussi été installés sur les toits de bâtiments publics (écoles, pompiers) ainsi que de nombreux particuliers, tandis que la façade de la mairie est ornée d'un afficheur indiquant en temps réel la quantité d'énergie produite, ainsi que les émissions de CO2 économisées.

Pour ne pas dépendre en permanence de deux sources d'énergie intimement liées à la météo, les autorités ont aussi fait construire une centrale fonctionnant au biogaz...

Ce carénage avant du rotor d'une éolienne identique au modèle E112, ici en construction à Estinnes (Belgique), donne l’échelle. Il sera installé sur son mât à 141 mètres au-dessus du sol. Crédit Enercon

De plus, le parc éolien de Druiberg est aussi relié aux générateurs d'une centrale hydraulique située à une trentaine de kilomètres, où l'énergie produite en surplus sert à remplir deux énormes citernes. Lorsque le rendement éolien ou solaire baisse, les vannes sont ouvertes et l'eau s'écoule, actionnant des turbines, ce qui permet de récupérer une bonne partie de l'énergie, avec un rendement largement supérieur à celui de simples accumulateurs électriques.

Ce projet, subventionné à hauteur de 10 millions d'euros par le gouvernement allemand sur une durée de quatre années, est appelé à devenir un modèle et pourrait bientôt être imité ailleurs en Allemagne, mais aussi dans le reste de l'Europe.

Cela vous intéressera aussi