Un aisselier est un renfort oblique de charpenterie, à ne pas confondre avec une contrefiche. Il permet de soulager la jonction entre une pièce horizontale et une autre plus ou moins inclinée. Une ferme de charpente traditionnelle comporte au moins deux aisseliers, placés symétriquement.

Cela vous intéressera aussi

De forme droite ou courbe, les aisseliers se rencontrent principalement dans les grandes charpentes : châteaux, édifices religieux, hôtels particuliers, demeures alsaciennes, etc. Formant un angle d'environ 40 à 45°, ils s'emploient très souvent pour soutenir un entrait retroussé (faux entrait) en prenant appui sur un arbalétrier ou une jambe de force. Les aisseliers s'utilisent aussi pour relier la panne faitière au poinçonpoinçon de certaines fermes (latines, par exemple).

Historique et technique de l’aisselier

Aisselier vient du latin « axilla », qui signifie... aisselle. On y fait référence dans des textes en prose du XIIe siècle « Li quatre livres des Reis », réédités en 1996, qui seraient la traduction d'une vulgate (version latine de la Bible) archaïque. Le mot « esselier » est un synonyme. Le médiéviste français Lecoy de la Marche l'utilise dans ses « Extraits des comptes et mémoriaux du roi René », ouvrage en trois tomes publié en 1873. Il est également répertorié dans le « Dictionnaire de l'ancienne langue française et de tous ses dialectes, du IXe au XVe siècle », du lexicographe Frédéric Godefroy, publié en 1881.

Image du site Futura Sciences

Schéma de principe de charpenterie © M.B. Futura Maison

Dans la charpenterie de boisbois, les aisseliers s'assemblent classiquement à tenon et mortaise. Il en existe plusieurs variantes, simples ou doubles. Les jonctions sont couramment renforcées par de grosses chevilles de bois. En rénovationrénovation, ainsi que dans la constructionconstruction neuve, l'assemblage peut être moisé et liaisonné par d'épais boulons et écrous avec rondelles intercalées : création de fermes à blochets ou d'entraits retroussés, par exemple.

Image du site Futura Sciences

Si les aisseliers se conçoivent surtout en bois, rien n’interdit d’appliquer le principe aux charpentes métalliques. © Barteau charpente-Menuiserie