Maison

Fluide frigorigène : l'Europe s'attaque aux HFC néfastes pour le climat

ActualitéClassé sous :Bâtiment , Thermique , Réchauffement climatique

-

Après avoir scellé le sort des chlorofluorocarbures (CFC) et des hydrochlorofluorocarbures (HCFC), le Parlement européen s'attaque aux HFC à fort potentiel de réchauffement climatique. Le fluide frigorigène R32 est l'une des alternatives les plus en vue. On l'utilise déjà au Japon dans la climatisation réversible, depuis l'automne 2012.

La couche d’ozone, épaisse de 30 km environ, protège la vie terrestre du rayonnement solaire ultraviolet. Sa stabilité est particulièrement menacée par les composés chlorés dont font partie les CFC, HCFC et HFC. © Nasa, Wikimedia, DP

Le 19 juin 2013, la commission Envi du Parlement européen s'est prononcée en faveur d'une révision de la réglementation F-Gas. Il s'agit d'interdire les hydrofluorocarbures (HFC) à fort impact sur l'effet de serre « pour lesquels d'autres solutions sûres et efficaces d'un point de vue énergétique et économique sont possibles », avait rapporté Elise Kuntzelmann LaRPF.fr (site info-service des professionnels du froid et de la climatisation).

Le débat est loin d'être clos. La version amendée du projet devant être examinée en première lecture cet automne laisse à penser que la décision finale n'interviendra pas avant les élections européennes de l'été 2014. Comme souvent en période d'indécision, la valse des chiffres bat son plein.

Une bouteille de récupération de fluide frigorigène. Quel que soit son âge, elle sera concernée par le projet de réglementation, qui s’adresse aussi bien à la fabrication des nouveaux équipements qu’aux opérations de maintenance du matériel existant. © e-genieclimatique.com, cc by nc sa 2.0

Les HFC à fort potentiel de réchauffement climatique interdits en 2015 ?

Aux dernières nouvelles, 2015 marquerait le début d'interdiction des hydrofluorocarbures à fort GWP (Global Warning Potential ou potentiel de réchauffement global) d'un niveau supérieur à 2.150. Ce qui mettrait à mal les R125, R143a, R404a, R707, etc. : des fluides frigorigènes introduits en 2008 et 2009 dans la climatisation et la réfrigération pour remplacer les HCFC, déjà condamnés. D'où la douche froide pour les professionnels.

Ces derniers ne manquent pas une occasion pour pointer les difficultés que ces incertitudes et délais trop courts font planer. Quid de la production en cours et de sa maintenance, sachant que ces équipements ont une durée de vie de 10 à 30 ans ? À quelles nouvelles dépenses s'attendre, après celles engagées en substitution des HCFC ? Dans un récent communiqué, l'Epee (European Partnership for Energy and the Environment) appelait les instances européennes à tenir compte des contraintes économiques d'un secteur représentant 200.000 emplois directs et des millions d'emplois indirects.

La gamme de climatiseurs domestiques Ururu Sarara de Daikin est la première à recevoir le R32 pur. Le mélange actuellement utilisé, le R410a, n’a pas d’incidence sur la couche d’ozone, mais il est crédité d’un GWP de 2.150 par l’AFCE (Alliance Froid Climatisation Environnement). © Daikin

Le R32, un HFC qui brûle assez bien

Le difluorométhane, ou R32, n'est pas à proprement parler un inconnu. Il entre à 50 % dans la composition du R410a, un des fluides frigorigènes offrant le meilleur rendement en réfrigération et climatisation. Mais c'est la première fois qu'il est utilisé pur, plus précisément dans la climatisation réversible. La marque japonaise Daikin a pris cette initiative. Le R32 présente plusieurs avantages :

  • un GWP de 550 à 675 selon les sources, contre 2.100 pour le R410a, 3.500 pour le R125, 3.900 pour le R404a, par exemple ;
  • un impact nul sur la couche d’ozone ;
  • une stabilité permettant d'optimiser les performances du circuit thermodynamique d'un climatiseur ou d'une pompe à chaleur.

Les spécialistes relèvent toutefois l'inflammabilité de niveau moyen (classe de sécurité A2) du R32. Concrètement, ce gaz peut s'enflammer au contact d'une étincelle en cas de fuite. Mais que l'on se rassure, ce n'est qu'un asphyxiant simple selon la norme NIOSH (National Institute for Occupational Safety and Health) et il n'est pas explosif...

Cela vous intéressera aussi