Planète

Tortue étoilée de Madagascar

DéfinitionClassé sous :zoologie , reptile , Chélonien
Tortue étoilée de Madagascar au zoo de Francfort, en Allemagne. Celle qui était appelée Tu'i Malila détient le record de longévité de son espèce. Elle fut offerte à la dynastie des Tonga en 1777 par le capitaine Cook lorsqu'il accosta sur ces îles. La tortue mâle rendit l'âme le 16 mai 1965, à environ 190 ans. © Jutta234, Wikipédia, cc by sa 3.0

Tortue étoilée de Madagascar (Shaw, 1802) – Astrochelys radiata

  • Ordre : Testudines
  • Sous-ordre : Cryptodira
  • Famille : Testudinidae
  • Genre : Astrochelys
  • Taille : 25 à 40 cm 
  • Poids : 12 à 20 kg
  • Longévité : 60 à 100 ans 

Statut de conservation UICN : CR, En danger critique d'extinction

Description de la tortue étoilée de Madagascar

La tortue étoilée de Madagascar possède une carapace sombre très bombée, composée de cinq plaques vertébrales, de quatre plaques costales de part et d'autre des flancs, et de plaques marginales ornées de bandes claires formant des rayons solaires. Le plastron muni d'un éperon gulaire est concave chez le mâle. L'écart entre les plaques anale et gulaire est plus important chez le mâle, de même que sa queue est plus épaisse. 

La tortue étoilée possède des motifs en rayons caractéristiques sur sa carapace. © Wikipédia, académie de La Réunion

Habitat de la tortue étoilée de Madagascar

La tortue étoilée de Madagascar est endémique de l'Île rouge. On ne la trouve que dans la partie sud et sud-est, sur une bande de terre d'environ 200 km entre Amboasary et Morombe. Elle fréquente principalement les savanes sablonneuses couvertes d'une végétation constituée de buissons épineux, de plantes succulentes et d'euphorbes dont elle se nourrit. Elle peut être observée aussi bien sur les hauts plateaux intérieurs que sur les dunes en bordure d'océan. Elle a été introduite sur l'île de la Réunion où l'on peut dénombrer 50.000 individus. 

Comportement de la tortue étoilée de Madagascar

La tortue étoilée de Madagascar supporte assez bien les écarts de température. Elle est à l'aise lors de chaleurs moyennes comme par des froids pas trop élevés. Elle s'abrite sous les broussailles épineuses pour la nuit, et s'active dès l'aube avant les grosses chaleurs. Ensuite, elle retourne à l'ombre des arbustes. Elle adore la saison des pluies, car elle aime patauger dans la boue. Les jeunes individus sont capables de se lever très haut sur leurs pattes, et ne dédaignent pas gambader dans l'herbe fraîche. Les jeunes marquent une préférence pour les zones humides, alors que les adultes rechercheront les milieux plus secs.

La tortue étoilée apprécie la saison des pluies, au cours de laquelle elle peut plus facilement profiter de la boue. © Ettore Balocchi, Flickr, cc by 2.0

Reproduction de la tortue étoilée de Madagascar

La tortue étoilée de Madagascar est une espèce assez prolifique, car elle peut pondre jusqu'à trois fois par an. En contrepartie, certains spécimens ne seraient capables de ne pondre que tous les 3 ans. La ponte intervient quelques semaines après l'accouplement, et la femelle dépose de 2 à 12 œufs dans un trou d'environ 20 cm de profondeur. Selon les conditions d'incubation, les naissances interviendront entre 69 et 291 jours. Les jeunes atteignent leur maturité sexuelle entre 13 et 16 ans.

La tortue étoilée est essentiellement herbivore, mais elle se nourrit également d'insectes, de petits mammifères, de fèces et même de charognes.

Menaces sur la tortue étoilée de Madagascar

La tortue de Madagascar est principalement victime de l'engouement des Hommes pour sa beauté. Malgré la protection dont elle jouit, elle est victime de collecte et d'exportation sauvages. Bien qu'elle fasse l'objet de fady (tabous) pour les populations locales qui n'en consomment pas, il n'en est pas de même pour les populations originaires d'autres régions, qui la chassent sans vergogne pour sa viande. La disparition de ses habitats contribue également au déclin de l'espèce, qui fait actuellement l'objet d'élevages.

Tortue étoilée au zoo de Los Angeles, États-Unis. © mstickmanp, Flickr, cc by nc sa 2.0

De nombreuses tortues rayonnées ont été récupérées par divers parcs zoologiques, dont celui de Mulhouse, à la suite de saisies douanières effectuées à Roissy en janvier 1996, ainsi qu'à Mayotte en janvier 2008. Le commerce illicite des tortues malgaches atteignait 7 millions de dollars en 2006 ! La plupart de ces tortues sont destinées au marché asiatique. À raison de 3.000 euros pièce, on comprend aisément que le trafic d'animaux représente la troisième source de revenus après les trafics de drogue et d'armes.