Planète

Vidéo exclusive : "La France défigurée" présente les océans en péril

ActualitéClassé sous :développement durable , INA , la france défigurée

1973. Surpêche, pétroliers géants, marée noire, surexploitation des océans, pollution, effluents industriels : ces termes commencent à faire leur apparition dans le vocabulaire, en même temps que prend corps la conscience collective d'un risque planétaire. L'Ina met en ligne une émission de la série La France défigurée, d'une étonnante modernité. La défense de l'environnement venait de naître...

A l'occasion de la Semaine du développement durable, il est important de jeter un œil dans le rétroviseur pour mieux comprendre comment notre société est passée en une génération d'une insouciance vis-à-vis de l'environnement à une conscience collective. Opportunément, l'Ina (Institut national de l'audio visuel) a sorti de ses archives une émission télévisée de la série La France défigurée. Ordinairement, elle égrenait des images de pollution de rivières, de forêts tondues ou de côtes bétonnées.

La lecture de la vidéo nécessite QuickTime que vous pouvez télécharger gratuitement ici.

Celle-ci a pour thème l'océan. Elle reflète des inquiétudes montantes. La pêche ne va-t-elle pas trop loin ? « Oui » répond Alain Bombard, qui explique que pour l'exploitation de l'océan, l'humanité en est toujours à la cueillette, que les moyens industriels ont transformée en razzia. Les pétroliers géants que l'on annonce pour les années 1980, jaugeant 500.000 tonnes voire un million de tonnes, ne présentent-ils pas un danger ? « Non », dit le spécialiste, qui explique que la multiplication de navires vétustes de taille modeste induit un risque plus élevé. L'Etat, lui, commence à mettre en place des moyens aéroportés pour détecter des dégazages et des marées noires. C'était cinq ans avant le naufrage de l'Amoco Cadiz...

Pour l'effet de l'industrialisation dans la rade de Brest, le spécialiste interrogé explique qu'il faudra dix années à la science avant de comprendre et qu'il conviendrait d'agir préventivement puis d'ajuster les mesures aux nouvelles découvertes. Bref, l'ébauche du principe de précaution...