Mots-clés |
  • femme

Le bisphénol A mis en cause dans la baisse de la fertilité féminine

Une équipe de chercheurs américains vient de prouver formellement qu’une exposition au bisphénol A (BPA) diminue la qualité des gamètes féminins. Les auteurs recommandent aux femmes participant à des Fiv de s’éloigner le plus possible de ce produit toxique.

La célèbre canette Campbell, utilisée par Andy Warhol pour dénoncer la société de consommation, contenait probablement du bisphénol A. © IslesPunkFan, Flickr, cc by nc 2.0 La célèbre canette Campbell, utilisée par Andy Warhol pour dénoncer la société de consommation, contenait probablement du bisphénol A. © IslesPunkFan, Flickr, cc by nc 2.0

Le bisphénol A mis en cause dans la baisse de la fertilité féminine - 2 Photos

PDF

Le bisphénol A (BPA) est une molécule qui entre dans la composition d’un grand nombre de produits comme les lunettes de soleil, les tickets de caisse ou les emballages alimentaires. Il est notamment utilisé dans la fabrication des bouteilles, des biberons et des boîtes de conserve. Il permet en effet de préserver la souplesse du PVC (polychlorure de vinyle) et empêche la casse du plastique lors d’un choc. C’est en tout cas la partie visible de l’iceberg. En réalité, le BPA a tout d’abord été étudié dans les années 1930 en tant que substitut hormonal. Il possède la capacité de se fixer sur les récepteurs alpha des œstrogènes, ce qui aurait pu mener à son utilisation comme hormone de synthèse.

Depuis quelque temps, le BPA fait la une des journaux pour des raisons peu glorieuses. En effet, des études récentes menées sur les animaux ont montré qu’il avait des conséquences néfastes sur la reproduction, le développement et le métabolisme. À la suite de ces observations, tous les biberons contenant du BPA ont été retirés du marché européen en janvier 2011. Cette mesure pourrait d’ailleurs bientôt s’étendre aux autres récipients alimentaires qui en contiennent.

Structure chimique du bisphénol A. La molécule a été étudiée comme substitut hormonal avant de jouer un rôle dans la composition de certains plastiques.
Structure chimique du bisphénol A. La molécule a été étudiée comme substitut hormonal avant de jouer un rôle dans la composition de certains plastiques. © Wikimedia Commons, DP

Les chances de succès d’une Fiv diminuées par le BPA

Des taux significatifs de BPA ont par ailleurs été retrouvés dans le sang, les urines, le liquide amniotique et le placenta humains. Une étude a même démontré l’effet nocif de ce composé sur la fabrication de la testostérone par les testicules chez l’homme. C’est maintenant aux ovocytes d’en prendre pour leur grade. Des chercheurs de l’université de Californie à San Francisco ont mis en évidence la toxicité du BPA sur les gamètes féminins. Leurs travaux sont publiés dans la revue Fertility and Sterility.

Les scientifiques se sont basés sur des expériences précédentes qui montrent que le BPA altérait l’ADN des ovocytes chez la souris. Des recherches réalisées en 2010 avaient également mis en lumière une corrélation entre la concentration de BPA dans les urines et le nombre d’ovocytes utilisables pour une Fiv. Au cours de cette étude, les scientifiques ont comparé le taux sanguin de BPA aux chances de fertilisation chez 26 femmes ayant participé à des Fiv au cours des années 2007 et 2008. Sans surprise, leurs résultats montrent que plus la concentration de BPA dans le sang est importante, plus les chances de réussite d’une FIV sont faibles.

« Malheureusement, il n’existe pas de test clinique pour évaluer le taux de BPA dans le sang pour le moment», explique Victor Fujimoto, le principal auteur de ces travaux. L’équipe espère que ces résultats conduiront les autorités à prendre les mesures nécessaires pour limiter le plus possible l’exposition au BPA.


Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires