Mots-clés |
  • climatologie,
  • océanographie,
  • zoologie,
  • mollusque,
  • Réchauffement,
  • coquillage,
  • océan

Le réchauffement de la Méditerranée fragilise les mollusques et coraux

Le réchauffement climatique ne menace pas que les espèces terrestres. Les mollusques et les coraux souffrent de l'augmentation de la température de la mer Méditerranée. La résistance des coquilles et squelettes est mise à rude épreuve face à l'acidification des eaux. Explications.

Transplantation des coraux (Cladocora caespitosa et Balanophyllia europaea) à proximité des sources de CO2. © Riccardo Rodolfo-Metalpa (IAEA) Transplantation des coraux (Cladocora caespitosa et Balanophyllia europaea) à proximité des sources de CO2. © Riccardo Rodolfo-Metalpa (IAEA)

Le réchauffement de la Méditerranée fragilise les mollusques et coraux - 2 Photos

PDF

Certains organismes calcificateurs (moules, coquillages et coraux) protègent leur coquille ou leur squelette de l'action corrosive de l'eau de mer. Cela leur confère une extraordinaire capacité à résister à l’acidification croissante de l’eau de mer, liée aux rejets de gaz carbonique (CO2) dans l’atmosphère. Malgré tout, cette résistance est amoindrie quand ces organismes sont exposés à une température élevée (supérieure à 28,5 °C) durant une longue période. C’est ce que révèle une étude internationale1 codirigée par Jean-Pierre Gattuso du Laboratoire d'océanographie de Villefranche (CNRS/UPMC) et publiée dans la revue Nature Climate Change. Des résultats qui laissent à penser que le réchauffement prévu de la mer Méditerranée, couplé à l’acidification de ses eaux, va accroître la fréquence des épisodes de mortalité de ces organismes.

Les océans absorbent environ le quart des rejets de gaz carbonique (CO2) résultant de l'utilisation des combustibles fossiles et de la déforestation. Cela représente environ 1 million de tonnes de CO2 par heure et entraîne un bouleversement de la chimie de l'eau de mer, notamment une augmentation de son acidité. Une acidité qui peut représenter à terme une menace pour les organismes calcificateurs qui fabriquent un squelette ou une coquille calcaire, comme les coraux et les mollusques.

Coquille d'une moule (Mytilus galloprovincialis) maintenue à un niveau d'acidité élevé. Les parties blanchâtres ne sont pas protégées par une couche organique et se dissolvent. © Riccardo Rodolfo-Metalpa (IAEA)
Coquille d'une moule (Mytilus galloprovincialis) maintenue à un niveau d'acidité élevé. Les parties blanchâtres ne sont pas protégées par une couche organique et se dissolvent. © Riccardo Rodolfo-Metalpa (IAEA)

Les mollusques et coraux menacés par l'acidité élevée de l'eau

Dans cette étude, les chercheurs ont installé des coraux, patelles (coquillages) et des moules autour de l'île d’Ischia (golfe de Naples, Italie) dont les eaux sont naturellement acidifiées par des sources de CO2 liées à l'activité volcanique du Vésuve. L'utilisation d'un radiotraceur (isotope radioactif) leur a permis de montrer que la fabrication de calcaire par ces organismes reste possible au niveau d'acidité attendu en 2100 (pH de 7,8 en 2100, versus pH 8,1 aujourd’hui), parfois même à un rythme accru. Les tissus et les couches organiques recouvrant les squelettes et les coquilles de ces organismes jouent un rôle majeur dans la protection de leurs structures de carbonate de calcium. En revanche, les parties de coquille ou de squelette qui ne sont pas protégées par des tissus ou des molécules organiques elles, restent plus vulnérables et se dissolvent d'autant plus vite que l'acidité est élevée. Cependant les chercheurs montrent que cette capacité de résistance est très amoindrie lorsque les organismes sont soumis à une longue période de température inhabituellement élevée (28,5 °C). La mortalité des organismes est alors d'autant plus importante que l'acidité est élevée.

Certains invertébrés marins vivent déjà actuellement à une température proche de leur limite de tolérance et subissent des épisodes de mortalité massive. La combinaison du réchauffement de la mer Méditerranée et de l’acidification de ses eaux devrait augmenter leur fréquence.

Notes

  1. Dans le cadre des projets européens Epoca et MedSeA. Les partenaires impliqués sont : le CNRS, l'université Pierre et Marie Curie, l'université de Plymouth, l’Agence internationale de l'énergie atomique, le Centre scientifique de Monaco, la Station zoologique de Naples et l'université Bar Ilan. À noter : le projet européen Epoca (European project on ocean acidification) coordonné par Jean-Pierre Gattuso (CNRS) a été lancé en mai 2008 et pour quatre ans afin de combler les nombreuses lacunes dans la compréhension de l'acidification de l'océan et de ses conséquences. Il est coordonné par le CNRS et rassemble plus de 160 chercheurs issus de 32 instituts répartis sur 10 pays européens. Site web : www.epoca-project.eu Lire le dernier CP dans le cadre du projet EPOCA : www2.cnrs.fr/presse/communique/2243.htm

A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires