Les aéroports de Nice Côte d’Azur, Rome et Venise comptent accueillir des taxis volants dès 2024

Classé sous :taxi volant , mobilité aérienne urbaine , Adav

La mobilité aérienne urbaine (MAU) est en train de prendre corps un peu partout à travers le monde, et notamment en France. L'idée est de remédier à la congestion des centres-villes en développant des services de transports au moyen d'adav (aéronefs à décollage et atterrissage verticaux) à propulsion électrique qui sont conçus pour des trajets de courte distance afin d'acheminer des passagers ou du fret. On parle plus communément de taxis volants.

Les gestionnaires des aéroports de Nice, Rome, Venise et Bologne viennent d'annoncer la création d'une coentreprise baptisée Urban Blue dont l'objectif est d'organiser l'implantation de vertiports, les infrastructures à partir desquelles pourront fonctionner les services de taxis volants dont les projets se sont multipliés ces dernières années. Urban Blue a décidé de s'allier à l'entreprise allemande Volocopter qui est l'une des pionnières dans le développement des taxis volants et de concepts de vertiports.

« Le début des opérations à Rome, Nice et Venise est actuellement prévu pour 2024 », peut-on lire dans le communiqué. Dans le cas de Nice Côte d'Azur, on peut imaginer que l'une des premières liaisons proposées sera entre l'aéroport et Monaco. Actuellement desservie par des hélicoptères, cette ligne prisée des voyageurs fortunés a le profil idéal pour le démarrage d'un service de taxis volants. Des dessertes d'autres villes phares de la Riviera (Nice, Cannes...) sont vraisemblablement envisageables.

 

Nice Côte d’Azur est le troisième aéroport le plus fréquenté en France, après Paris-Charles de Gaulle et Paris-Olrly. © Volocopter