Comment simplifier le transfert des fichiers alors que les terminaux d’accès se multiplient ? En Finlande, un chercheur du VTT Technical Research Centre a développé une technologie sans fil suffisamment miniaturisée pour être intégrée dans une bague, voire un ongle artificiel ! Avec InTouch, c’est du bout du doigt que l’utilisateur peut faire circuler des contenus numériques entre divers terminaux tactiles. Le professeur Jani Mäntyjärvi en livre tous les détails à Futura-Sciences.
Cela vous intéressera aussi

Différentes solutions existent pour transférer les données d'un terminal à un autre : clé USBUSB, carte mémoirecarte mémoire, connexions Bluetooth ou NFCNFC, services de stockage en ligne, etc. Dans tous les cas, cela implique un minimum de configuration et de manipulations de la part de l'utilisateur. Et si transférer un fichier d'un terminal tactile à un autre pouvait se faire tout simplement avec le doigt ? C'est exactement ce que permet de faire la technologie InTouch. Elle a été mise au point en Finlande par le professeur Jani Mäntyjärvi du VTT Technical Research Centre.

Le concept, illustré dans une vidéo de démonstration, est simple. Une personne munie d'une bague ou d'un bracelet spécial touche l'écran d'un smartphone, sur lequel est affichée une photo qu'elle souhaite transférer. Apparaît alors une icôneicône sur laquelle elle appuie pour déclencher l'envoi du contenu vers son artefact via une connexion sans fil. Elle touche ensuite l'écran d'un second appareil, en l'occurrence une tablettetablette, pour lancer le téléchargement. En quelques secondes, la photo s'affiche. Le système fonctionne avec n'importe quel type de fichier (image, vidéo, document, etc.).

Dépourvu de batterie, le capteur InTouch pourrait être suffisamment miniaturisé pour être intégré dans une multitude d’objets ou d’accessoires, notamment des bijoux ou des ongles artificiels. © <em>VTT Technical Research Centre</em>

Dépourvu de batterie, le capteur InTouch pourrait être suffisamment miniaturisé pour être intégré dans une multitude d’objets ou d’accessoires, notamment des bijoux ou des ongles artificiels. © VTT Technical Research Centre

InTouch repose sur du NFC modifié

InTouch se compose d'une antenne et d'une puce mémoire, mais il est dépourvu de batterie. Cela a permis de miniaturiser l'ensemble de manière à l'intégrer dans une bague, un bracelet, voire un ongleongle artificiel. L'alimentation est fournie par l'antenne émettrice-réceptrice dont doit être équipé le terminal cible. Une applicationapplication spécifique est installée sur chaque appareil pour gérer le transfert, la réception et l'ouverture des contenus. « La technologie sans fil utilisée répond au standard NFC, mais nous l'avons quelque peu modifiée », explique le professeur Mäntyjärvi à Futura-Sciences. La capacité de la puce mémoire n'excède pas 16 kilo-octets. Cela signifie que seuls des éléments peu volumineux (par exemple une adresse InternetInternet ou des coordonnées) peuvent être directement enregistrés dans un capteurcapteur InTouch.

Pour les fichiers de plus grande taille, le système s'appuie sur un service cloud. Le logiciellogiciel InTouch installé sur le terminal tactile transfère le contenu vers un serveurserveur et envoie alors une clé à la bague. Lorsque l'utilisateur touche un autre écran, l'application détecte la clé, télécharge le fichier associé depuis le serveur, puis lance le logiciel approprié (navigateurnavigateur Internet, lecteur multimédia, visionneuse, etc.).

Intégrer une antenne pour le transfert de fichier

Notre interlocuteur a précisé que la capacité de stockage d'InTouch peut être augmentée selon le type de support dans lequel le système est intégré. Grâce à sa miniaturisation, cette technologie peut potentiellement être implémentée dans un grand nombre de supports. Nous avons cité quelques exemples comme la bague, mais l'on peut penser à d'autres types d'accessoires ou de vêtements intelligents. Cependant, il y a une condition technique contraignante. Pour pouvoir alimenter et lire un capteur InTouch, tous les terminaux doivent être équipés d'une antenne spéciale. Cela suppose que les fabricants adoptent la technologie pour l'intégrer d'origine, ce qui soulève des questions d'ingénierie et de coût. Une seconde option consisterait à utiliser une housse externe qui se connecte au terminal et dans laquelle est incorporée l'antenne InTouch. Envisageable pour un usage professionnel, mais peu séduisant pour le grand public.

« Nous sommes actuellement en pourparlers avec des entreprises dans différentes industries pour commercialiser cette technologie », nous assure Jani Mäntyjärvi. Il envisage un grand nombre de domaines d'application pour son invention, qui fait l'objet d'une demande de brevet. Au-delà du transfert de fichiers, InTouch pourrait par exemple être utilisé comme système de sécurité pour ouvrir des portesportes, déverrouiller des terminaux, faire du contrôle d'accèscontrôle d'accès pour certains personnels ou encore contenir des données médicales. Le chercheur finlandais nous a indiqué qu'il travaillait d'ores et déjà à sécuriser la plateforme avec une technologie de chiffrementchiffrement.