Le marché des téléphone hautement sécurisé est essentiellement prisé par les organisations criminelles. © issaronow, Adobe Stock
Tech

EnCrochat, Sky ECC... Les téléphones sécurisés dans le collimateur de la police

ActualitéClassé sous :Sécurité , téléphonie , cybercriminalité

-

[EN VIDÉO] Kézako : comment fonctionne un réseau de téléphonie mobile ?  Chaque jour des milliers d’appels sont passés en France depuis un téléphone portable. Permettant de rester en contact facilement et presque partout, le smartphone fonctionne cependant avec un réseau de téléphonie mobile complexe. L’université de Lille 1 et Unisciel nous expliquent ses secrets en vidéo dans cet épisode de Kézako. 

Après avoir démantelé EncroChat, une marque de téléphonie ultrasécurisée massivement utilisée par les organisations criminelles, les policiers d'une vingtaine de pays visent maintenant son principal concurrent Sky ECC. Cette traque aux mobiles chiffrés fait tomber d'importants cartels de la drogue. Une histoire où le chiffrement rime avec criminalité.

Dans le monde parallèle du grand banditisme, rien n'est ordinaire, pas même les communications et les opérateurs de téléphonie. Les organisations communiquent avec des smartphones ultrasécurisés dont les échanges ne passent pas par les opérateurs de téléphonie. En plus d'être fortement chiffrés, les messages sont éphémères, les caméras et les micros désactivés et les applications sont verrouillées. Le seul hic est que, au fil du temps et des interpellations, cela se voit puisqu'il faut que chaque interlocuteur soit équipé des mobiles en question.

Et c'est ainsi qu'en 2020, une vaste opération de police internationale a pu neutraliser les serveurs d'EncroChat, une société proposant des mobiles ultrasécurisés à 1.000 euros et dont l'abonnement mensuel coûtait autour de 800 euros. Ses 60.000 clients étaient essentiellement liés à des réseaux de trafics de drogue, d'armes ou de traite d'êtres humains. Après que la police française a pris le contrôle des serveurs de la société en juin, les forces de police ont pu implanter un malware dans les mobiles via une mise à jour pour pouvoir consulter les échanges sur les mobiles, sans même avoir besoin de les déchiffrer. Début juillet 2020, Eurojust, Europol, la Gendarmerie française et la police néerlandaise ont expliqué lors d'une conférence de presse commune avoir démantelé ce service de téléphonie. Dernier rebondissement en date, en France, comme l'explique Le Monde, la justice tombe sous le coup de plaintes qui viennent dénoncer l'illégalité de la collecte massive de données issues de la messagerie chiffrée.

Sky ECC explique que son téléphone chiffré a comme clients des avocats, des universités, des organisations médicales, des journalistes, des grands dirigeants d’entreprises. La police considère que les services sont exclusivement employés par des organisations criminelles. © Futura

Sky ECC : « Nous interdisons les activités criminelles »

Mais cela n'empêche pas les fins limiers des polices de suivre désormais une autre piste. La nature ayant horreur du vide et les organisations criminelles ayant besoin de communiquer sans être écoutées, elles misent depuis sur le nouveau champion de la téléphonie ultrasécurisée, Sky ECC. Une société comptant 70.000 clients et qui nie être la nouvelle plateforme de choix des hors-la-loi. Le patron a même affirmé qu'il applique une tolérance zéro en la matière. Et pourtant, de nombreux téléphones de la marque sont tombés dans les mains des services de police durant des arrestations de criminels. De fait, mardi, ce sont 1.600 policiers belges qui ont mené plus de 200 perquisitions envers des utilisateurs des services de Sky ECC. Une opération qui a permis de saisir des armes, de l'argent et 17 tonnes de cocaïne.

Les enquêteurs cherchent à montrer que ce service et ces téléphones sont exclusivement employés pour des communications criminelles et que Sky ECC en a parfaitement conscience. L'objectif des autorités reste de démanteler le réseau Sky ECC à l'instar de ce qu'elles avaient fait pour EncroChat. Les forces de l'ordre néerlandaises auraient même mis hors d'usage un serveur de la firme ces derniers jours et un malware pourrait également avoir été introduit pour traquer les mobiles. « Parole, contre parole », Sky ECC vient cependant de déclarer qu'il n'y avait pas eu d'acte de piratage de la part des autorités. Les ténors des organisations criminelles ne prenant aucun risque, il y a de fortes chances pour qu'ils abandonnent ce réseau pour quelque chose d'autre...

  • Les fournisseurs de téléphones ultrasécurisés sont accusés de fournir leurs services exclusivement aux organisations criminelles.
  • Après avoir démantelé EnCrochat, les policiers d'une vingtaine de pays visent un autre vendeur, Sky ECC.
  • Après avoir suivi les utilisateurs de mobiles Sky ECC, les policiers belges ont mené 200 perquisitions menant vers d'importantes saisies de drogue et d'armes. 
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !