Tech

L'éthique des robots... et leurs limites

ActualitéClassé sous :robotique , robot , vie

Le premier symposium international sur la "robothique" s'est tenu San Remo (Italie) en janvier 2004 après avoir analysé les quatre domaines dans lesquels les avancées de la robotique suscitent les questions les plus importantes : la guerre, l'augmentation des capacités cérébrales, celle des capacités physiques et les implications sociales du développement de la robotique.

Les questions posées resteront longtemps ouvertes : faut-il définir une éthique des robots ? Et quelle chance avons-nous d'y parvenir, si nous ne savons pas le faire pour ceux qui les créent, les humains ?

Pendant ce temps-là, le Grand challenge, la course qui opposait 13 véhicules robotisés sur 142 miles dans le désert américain, organisée par la Darpa, a montré qu'il restait des progrès à faire : aucun des participants n'est parvenu au bout du parcours ! Mais l'échec apporte aussi des enseignements.

Signalons également une expérience originale menée dans un hôpital californien, où un robot, accompagné d'une infirmière, fait la tournée des patients. L'objectif : permettre au médecin d'effectuer la visite et de s'entretenir avec le patient même s'il se trouve à distance. Le robot dispose d'un micro et d'une caméra pour dialoguer avec le malade. Le visage du médecin est affiché sur un écran plat. Les patients interrogés apprécient : ils préfèrent encore dialoguer avec le médecin qu'ils connaissent de cette manière-là, plutôt que d'être visités par un médecin qu'ils ne connaissent pas.
Et puisqu'on parle de docteur... Simon Garfinkel, dans la Technology Review, s'interroge sur le sexe des robots. Ceux-ci sont aujourd'hui asexués, mais pour rendre leurs rapports avec les humains plus naturels, il est probable que la situation va changer.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi