Tech

En bref : bientôt une batterie toujours à portée de main ?

ActualitéClassé sous :électronique , batterie , autonomie d'une batterie

Parmi les solutions envisagées pour recharger nos appareils portables, en voici une originale venue de Corée du Sud : exploiter la chaleur de notre corps. L'idée semble réalisable mais le dispositif reste encore expérimental.

Adieu les problèmes de batterie déchargée ? Des chercheurs sud-coréens ont développé un générateur thermoélectrique qui épouse la forme du corps. © KAIST

Tous les utilisateurs d'appareils électroniques s'en plaignent : les batteries s'épuisent trop vite et il faut souvent les recharger. Parmi les nombreux exemples, les Google Glass qui possèdent seulement deux heures d'autonomie, ou les montres connectées de Samsung qui ne fonctionnent pas plus d'une journée sans être rechargées, sans parler des smartphones. Des pistes originales ont déjà été explorées, comme les vêtements ou les vibrations sonores de l'environnement.

L'exploitation des mouvements du corps a été imaginée également, avec un système piézo-électrique. Une équipe du Korea Advanced Institute of Science and Technology (KAIST), en Corée du Sud, veut elle aussi utiliser le corps humain pour recharger facilement tous les appareils, sans l'aide d'un sac à dos rempli de piles au lithium-ion. Les chercheurs ont développé une bandelette conçue à partir de tissu de verre qui se colle sur la peau comme un pansement. Elle peut alors produire de l'électricité à partir de la différence de température entre la surface de la peau et l'air ambiant. D'autre part, cette bandelette légère et souple peut épouser la forme du poignet ou même d'un doigt sans perdre en performance. La description de ce petit générateur thermoélectrique est publiée dans la revue Energy and Environmental Science.

Toutefois, même s'il est commode, ce dispositif est pour le moment expérimental. Selon les auteurs, un équipement de 10 cm sur 10 cm peut produire environ 40 milliwatts de puissance électrique lorsque la différence de température entre la peau et l'air est de 17 °C. « Notre technologie montre qu'on peut fabriquer simplement un générateur thermoélectrique très souple, léger et ultraperformant, explique Byung Jin Cho, le directeur de l'étude. Les applications sont multiples et pourraient un jour permettre de développer des stratégies pour recharger des appareils beaucoup plus gros comme des automobiles, des avions, et même des usines. » De nombreuses recherches seront probablement nécessaires pour parvenir à cette prouesse.

Cela vous intéressera aussi