Expert Sciences

Alain Souchier

1947 -

Ingénieur SCEMA

Classé sous :aéronautique
Sciences, savoir, éducation sont les outils nécessaires à la maitrise de notre avenir, d'abord sur notre vaisseau spatial Terre, mais aussi dans notre voisinage, le système solaire. Merci à Futura -Sciences pour sa contribution !
Alain Souchier, Ingénieur SCEMA

Biographie

Alain Souchier est né en 1947. Dès son plus jeune age il est intéressé par l'astronomie et l'espace, passion qui s'affirme lorsque l'ère spatiale commence en 1957 avec le lancement du premier satellite artificiel. Il poursuit des études scientifiques et se livre au lancement de fusées d'amateur ainsi qu'à l'observation du ciel au moyen de lunettes construites par ses soins, tout en suivant les étapes qui conduisent l'homme sur la lune en 1969. C'est à cette période qu'il rejoint le Cosmos Club de France présidé par le journaliste et écrivain scientifique Albert Ducrocq.

A sa sortie de l'Ecole Centrale de Paris en 1971, Alain SOUCHIER concrétise cette passion en entrant à la Société Européenne de Propulsion (SEP) pour exploiter les essais du moteur Viking de 60 tonnes de poussée, alors en tout début de développement, qui équipera les 1er et 2e étages d'Ariane.

En dehors de cette activité professionnelle, il suit aux USA la mission lunaire Apollo 16 en 1972, le lancement de Skylab en 1973 et la mission Apollo Soyouz en 1975.

En 30 ans de carrière à SEP puis Snecma, il remplit les fonctions d'ingénieur d'études, chef de programme, chef du département "Essais", responsable technique de la propulsion d'Ariane 4 puis responsable général études et développement en charge d'un groupe de 400 ingénieurs et techniciens. Ces fonctions le conduisent à participer à des campagnes de lancement Ariane en Guyane dont le premier vol en 1979. Pour toutes ces activités le  Centre National d'Etudes Spatiales français (CNES) lui décerne ses médailles de bronze et d'argent.

Sa volonté de participer d'encore plus près à la conquête de l'espace le conduit en 1977 à poser sa candidature comme astronaute pour la mission Spacelab 1. Il fait partie d'une première sélection de 45 français. En 1988 et 90, il accumule plus d'une heure d'apesanteur dans des vols paraboliques sur avions KC 135 NASA et Caravelle CNES , en mettant en œuvre une expérience de réservoir de satellite à tension superficielle.

En 1998, il prend en charge le Programme Préparation du Futur et Coopération Européenne en grosse propulsion à liquides, avec pour mission la préparation de l'avenir de la propulsion des lanceurs européens sur les 20 prochaines années.

En 1999, dans une perspective élargie de cette préparation du futur, il est l'un des fondateurs de l'association française "Planète Mars" qui vise, en liaison avec la "Mars Society" américaine, à promouvoir l'exploration de cette planète et corrélativement les moyens d'y accéder. Il en est actuellement vice-président. En novembre 2002 il participe, dans l'Utah, à une simulation d'exploration martienne au sein d'un équipage de 6 personnes astreintes à ne sortir d'un habitat laboratoire qu'en scaphandre. Il y expérimente un véhicule de reconnaissance de falaises martiennes de sa conception.

Alain Souchier a écrit de nombreuses communications en particulier pour les congrès de l'American Institute for Aeronautics and Astronautics (AIAA) et de l'International Astronautical Federation (IAF). Il a également écrit "Stations orbitales, ports de l'espace" et "Avions, fusées, navettes" dans la collection Cosmos Encyclopédie en 1972 et "Ariane" chez Flammarion en 1986.

Ses activités spatiales lui ont valu le rang de chevalier (1993) puis officier (2001) dans l'Ordre National du Mérite.

Métier

Activités d'un chef de programme

Le chef de programme a pour fonction principale de représenter la société auprès de ses clients dans son domaine de responsabilité et de représenter les intérêts des clients en interne. Il rencontre les clients, en l'occurrence principalement le Centre National d'Etudes Spatiales (CNES) et l'Agence Spatiale Européenne (ESA) pour définir les grandes orientations pour la préparation des futurs moteurs et en déduire les travaux à effectuer et contrats à élaborer.

Cette préparation implique aussi des rencontres avec les principaux coopérants européens impliqués dans les activités spatiales en Allemagne, Italie, Suède, Pays-Bas, Belgique, etc ...

La préparation du futur se construit aussi en premier lieu avec les directions de Snecma Moteurs et se formalise dans l'élaboration de documents "Plans à long terme".

Dans le déroulement des activités de son programme (activités de recherche et technologie, expérimentations et démonstrations technologiques), le chef de programme est appelé à traiter les difficultés principales, trouver des solutions, les discuter avec la direction et les clients. En général, toutes ces activités conduisent à une dizaine de réunions par semaine, 6 à 8 h de trajets, ...