Sciences

Un laboratoire volant pour optimiser le travail des contrôleurs

ActualitéClassé sous :recherche

-

L'aéroport d'O'Hare à Chicago enregistre chaque jour 2 500 écollages et atterrissages, un total élevé, certes, mais inférieur à celui d'avant le 11 septembre 2001.

Crédits : Agence Spatiale Européenne

Les vols prévus par les lignes aériennes dépassaient alors le seuil de saturation des installations de cet aéroport, entraînant ainsi des retards considérables.

S'appuyant sur des travaux menés au sein du Langley Research Center à Hampton (Virginie), la National Aeronautics and Space Administration (NASA) réalise actuellement des expériences de nuit sur l'aéroport d'O'Hare avec un Boeing transformé en laboratoire volant baptisé " Advanced Terminal Area Approach Spacing ".
Ce dernier est équipé des équipements GPS les plus récents et vise à accroître la précision et la sécurité des décollages et des atterrissages des avions.

Chaque piste de l'aéroport d'O'Hare pourrait voir ainsi sa capacité augmenter de 5 à 10%. Ce système permettrait également de réduire la charge de travail incombant aux contrôleurs aériens. Pour autant, cette technologie doit encore faire ses preuves et sa mise en service définitive n'est pas envisagée avant 2012.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi