Sciences

Les conséquences de l'échec du vol 157 sur la mission Rosetta

ActualitéClassé sous :Astronautique

-

Sous réserve des conclusions et recommandations de la commission d'enquête mis en place après l'explosion en vol de la première Ariane 5 ECA (11 décembre), Jean-Yves Le Gall a confirmé la date du prochain tir du lanceur. Une Ariane 5 basique (V158) doit placer sur une orbite planétaire la sonde Rosetta de l'Agence spatiale européenne et s'élancer de Kourou le 12 janvier 2003.

Du fait de la spécificité de sa mission, Rosetta doit impérativement décoller entre le 12 et le 30 janvier, sous peine de rater son objectif, la comète 46 P/Wirtanen en novembre 2011. Or, l'ESA ne dispose pas de lanceur de remplacement au cas où la commission d'enquête recommanderait de suspendre temporairement les campagnes de lancement de l'ensemble des lanceurs de la famille Ariane 5.

Mais ne soyons pas trop alarmiste. Alors que de nombreux indices laissent à penser que le moteur de la Snecma, le Vulcain 2, soit en cause, il est différent de son prédécesseur, le Vulcain 1 qui équipe les Ariane 5 basiques. En outre, l'Ariane 5 ECA fait partie d'un second lot de contrats passés à l'industrie européenne. Le lanceur utilisé pour Rosetta est une version basique de la fusée, équipée du Vulcain 1 et du premier lot. Toutefois, si le lancement devait être reporté de plusieurs semaines, les objectifs de la mission Rosetta deviendraient caduques. Du fait de la course de Wirtanen autour du Soleil, elle deviendrait alors inaccessible à la sonde. Les scientifiques du projet seraient contraints de lui attribuer de nouveaux objectifs et de reconfigurer en conséquence les ordinateurs de bord et l'instrumentation scientifique.

Ensuite, viendrait le choix du lanceur...

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi