Un potomane peut boire jusqu'à 24 litres d'eau par jour. © Noon@photo, Adobe Stock

Santé

Potomanie

DéfinitionClassé sous :médecine , manie , pulsion orale

La potomanie se caractérise par un besoin irrépressible de boire constamment, le plus souvent de l'eau. Il s'agit d'un trouble du comportement alimentaire d'origine psychologique, et très rarement d'origine physiologique. Il s'accompagne d'une polyurie, c'est-à-dire d'urines excessivement abondantes. Or, bien que boire de l'eau soit un besoin vital pour l'organisme en temps normal, une consommation trop importante sur une durée trop longue peut être mortelle.

Intoxication... à l'eau

En moyenne, un humain doit s'hydrater à raison de 1,5 litre d'eau par jour. Pourtant, les personnes atteintes de potomanie peuvent ingurgiter une dizaine de litres ! Si ce seuil est atteint tous les jours pendant une certaine période, l'organisme ne sera pas capable d'assimiler une telle quantité de liquide

En effet, à partir de dix litres d'eau par jour, l'équilibre osmotique du corps humain est rompu. Cela signifie que le niveau de solutés moléculaires (sodium, potassium, etc.) se déséquilibre entre le milieu extracellulaire et milieu intracellulaire. En l'occurrence, à cause d'une diminution de la pression osmotique. Celle-ci doit, normalement, empêcher le passage du solvant (ici, l'eau) de la solution la moins concentrée (ici, le milieu extracellulaire) vers la solution la plus concentrée (ici, la cellule). Ainsi, si elle diminue au-delà d'un certain point, l'eau entre en quantité disproportionnée dans la cellule... pouvant conduire à l'implosion. 

De fait, l'excès d'eau dilue la quantité d'électrolytes dans le sang, ce qui peut provoquer une intoxication à l'eau, ou hyperhydratation. 

L'osmose est un phénomène de diffusion de la matière. Elle concerne les échanges entre deux solutions liquides ayant des concentrés en solutés différents, et séparées par une paroi semi-perméable. © Hans Hillewaert, Wikimedia Commons, CC by-sa 3.0

Pour éviter cela, le corps diminue le niveau de vasopressine, l'hormone antidiurétique, ce qui entraîne la polyurie. Cette stratégie fonctionne un temps, mais la dilution finit tout de même par avoir lieu. Dès lors, plusieurs conséquences surviennent. Rétention hydrique, œdèmes, troubles cérébraux, risque d'épilepsie... Les œdèmes proviennent du gonflement d'un organe ou d'un tissu en réponse à l'accumulation d'eau entre les cellules. Les troubles cérébraux sont déclenchés soit par l'implosion de cellules nerveuses, soit par un œdème cérébral. Et le risque d'épilepsie est causé par l'hyponatrémie, c'est-à-dire une concentration en sodium inférieure à 135 nmol/L dans le plasma sanguin, ce qui rompt l'équilibre osmotique et engendre une hyperhydratation intracellulaire. Toutes ces répercussions sont dangereuses pour la personne atteinte de potomanie (et pour n'importe quel humain).

Comment la potomanie est-elle prise en charge ?

Afin de ne pas en arriver là, différents traitements et accompagnements sont possibles. Dans le cas où la potomanie provient d'un trouble du comportement, une psychothérapie ou une psychanalyse est nécessaire. Elle consiste en une approche progressive, où le patient se voit remettre un certain nombre de bouteilles d'eau pour une période donnée. Puis, petit à petit, leur nombre est diminué, jusqu'à atteindre une consommation raisonnable.

La potomanie peut également avoir une cause biologique, comme le diabète, auquel cas l'origine biologique du trouble doit être soignée. Plus rarement, elle peut être due à un traitement médical. Dès lors, la personne ayant prescrit ce traitement doit être alertée afin d'effectuer les changements nécessaires.

Cela vous intéressera aussi
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

À voir aussi :