Santé

Liseron

DéfinitionClassé sous :médecine , botanique , Liseron
Le liseron est indiqué contre la constipation. © Franck Le Driant/FloreAlpes.com

Le liseron est une plante au rhizome plus ou moins charnu. Ce végétal à la pousse très « dynamique », membre de la famille de convolculacées, présente des tiges volubiles et des feuilles en forme de flèche. Ses fleurs délicates peuvent être blanches, bleues ou même roses. Le liseron s'il est considéré comme un envahisseur dans nos haies et nos massifs, est notamment indiqué pour traiter... la constipation.

Souvent considérée comme une mauvaise herbe donc, cette plante à la fois rampante et grimpante s'enroule grâce à un système racinaire impressionnant, sur tout ce qui pousse à sa proximité. Le liseron colonise tout l'espace autour de lui. Il étouffe les plantes les plus chétives et concurrence les autres dans la quête pour l'eau, la lumière et les éléments nutritifs.

Liseron, contre la constipation

En usage interne, le liseron est surtout recommandé contre la constipation. Cette plante possède également des propriétés diurétiques et fébrifuges, c'est-à-dire qu'elle fait baisser la fièvre. Laxatif, le liseron facilite l'évacuation de la bile et réduit les spasmes intestinaux. Au Moyen Âge, les médecins arabes en utilisaient les racines contre la jaunisse, ou ictère, qui correspond à une coloration jaune de la peau et des muqueuses par des pigments biliaires.

En usage externe, il suffit d'écraser quelques feuilles de liseron entre ses doigts puis de les appliquer sur un furoncle, pour voir ce dernier « mûrir » et percer plus rapidement.

Source : Plantes médicinales, Gründ

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Note. La phytothérapie est utilisée en médecine traditionnelle depuis des siècles. Son efficacité et son innocuité restent toujours discutées. Et pour cause, comme l’explique l’Organisation mondiale de la Santé dans un rapport de 1998, « un nombre relativement petit d'espèces de plantes ont été étudiées pour d’éventuelles applications médicales ». Cet article s’inscrit naturellement dans cette démarche. Ajoutons que compte tenu des risques éventuels d’effets indésirables, d’interactions médicamenteuses voire de toxicité de certaines plantes, informez toujours votre médecin, si vous recourrez régulièrement à la phytothérapie.