Ces lentilles permettent aux daltoniens de distinguer le rouge

Classé sous :Daltonisme , Vue , cellules photoréceptrices

Parmi les formes de dyschromatopsie existantes, regroupées sous le terme « daltonisme » par abus de langage, la plus courante est la deutéranomalie. Elle touche environ la moitié des 8 % d'humains affectés par une anomalie de la vision des couleurs. Grossièrement, chaque forme de dyschromatopsie consiste en une mutation de photorécepteurs d'un type de couleur. Une façon de restaurer la vision de cette couleur manquante est alors de réduire la détection des autres couleurs

En utilisant ce procédé, des chercheurs ont réussi à corriger la deutéranomalie grâce à des lentilles de contact. Pour cela, ils ont utilisé des métasurfaces (des dispositifs optiques ultraminces), et une technique innovante permettant de les transférer sur un objet courbé tel que des lentilles. Leur découverte est publiée dans Optics Letters.

Par ailleurs, « la deutéranomalie et d'autres troubles de la vision tels que les erreurs de réfraction peuvent être traités dans une seule lentille de contact », explique Sharon Karepov, une des chercheuses, puisque « l'élément optique proposé est ultrafin et peut être intégré dans n'importe quelle lentille de contact rigide ». Pour l'instant, les chercheurs sont parvenus à augmenter la perception des couleurs d'un facteur dix, et à restaurer la perception des contrastes

En effet, la deutéranomalie est induite par une mutation des photorécepteurs impliqués dans la vision du vert. Pour autant, cela ne signifie pas qu'ils ne voient pas le vert, mais plutôt qu'ils confondent le vert et le rouge. Dans l'œil, on retrouve trois types de cônes permettant la vision en couleurs. Vulgairement, on parle de cônes rouges, verts, et bleus. En réalité, ces cônes voient tous une palette de longueurs d'onde, interprétées par le cerveau comme différentes couleurs. Ainsi, une forme de dyschromatopsie n'enlève pas la vision d'une couleur, mais empêche plutôt de distinguer certaines couleurs. Sauf dans certains cas, où les cônes sont absents ou dysfonctionnels, ce qui conduit à l'indétectabilité de certaines longueurs d'onde.

Il existe plusieurs sortes de dyschromatopsie, appelée daltonisme par abus de langage. © H_Ko, Adobe Stock