Le CO2 nuit aussi à nos capacités intellectuelles

Classé sous :cerveau , capacités intellectuelles , diminution des capacités intellectuelles

Une équipe de chercheurs américains s'inquiète pour leurs étudiants. Dans leur dernière étude, présentée au rassemblement annuel de l'American Geophysical Union, ils ont quantifié les effets d'une augmentation atmosphérique de CO2 sur les capacités intellectuelles d'élèves en classe. 

Pour cela, les scientifiques ont créé un modèle avec deux scénarios. Dans le premier, l'humanité réussit à réduire les émissions de CO2. Tandis que dans le second, elle n'y parvient pas, et continue année après année de battre les records de pollution atmosphérique. À partir de ce modèle, ils ont observé une diminution plus ou moins importante des capacités cognitives des étudiants. Si l'on réduit nos émissions de carbone, ces capacités baisseraient de 25 % d'ici à 2100. Et si l'on persiste dans nos rythmes d'émissions actuelles, elles chuteraient de 50 % à la fin du siècle.

Ce n'est pas la première étude à suggérer qu'une concentration trop élevée de CO2 dans l'air rendrait l'humanité un peu moins vive d'esprit. De précédents travaux avaient montré qu'une salle de classe polluée pouvait conduire à des problèmes cognitifs. Mais dans ce cas, la solution était très simple : il suffisait d'ouvrir les fenêtres. Concernant la pollution atmosphérique, le problème est plus complexe et long à résoudre. Et si l'on n'est pas assez malin pour réduire nos émissions de CO2, il se pourrait que l'on ne puisse plus être assez malin tout court.

L'élévation du niveau de CO2 dans l'atmosphère pourrait être délétère pour l'intelligence humaine. © Fergregory, Adobe Stock