Santé

Le goût de la victoire est aussi une drogue

ActualitéClassé sous :vie , agressivité , opioïde

En étudiant le comportement agressif des souris, le docteur N. Kudriavtseva, chef du secteur de neuro-génétique du comportement social de l'Institut de Cytologie et de Génétique de l'Académie des Sciences de Russie, aurait démontré qu'une expérience répétée de victoire transforme un vainqueur en agresseur.

Le goût de la victoire est aussi une drogue

Des souris mâles ont été maintenus ensemble dans une petite cage divisée par une barrière transparente, trouée, permettant aux mâles de se voir, de s'entendre et de se sentir, mais pas de se toucher. La barrière était retirée une fois par jour, occasion donnée aux mâles pour se confronter.

Même dans les premiers contacts, le vainqueur et le perdant étaient clairement identifiables. Avec le temps les vainqueurs seraient devenus très actifs, agressifs, irritables et impatients.

Les chercheurs ont conclu que les mâles avec une expérience de victoire développent une impulsion interne pour attaquer les autres mâles, afin de retrouver les émotions positives ressenties lors de leurs précédentes victoires. Le système opioïde du cerveau serait implique dans les mécanismes neuro-biologiques de la dépendance : le cerveau s'habituerait aux émotions positives de la même manière qu'il le fait avec les drogues.

Kudriavtseva note que si l'expérience de la victoire peut provoquer l'agression, l'exposition à une circonstance défavorable conduirait au même résultat à long terme. Les expériences auraient montré que le malaise physique ou psychologique constant conduit aussi au développement de l'agressivité. Les facteurs de passage de l'abus à la dépendance ne sont en revanche pas discutés.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi