Santé

Accouplement fatal chez certaines araignées

ActualitéClassé sous :vie , araignées , Argiope aurantia

L'araignée mâle Argiope aurantia s'autodétruit durant l'accouplement.

Argiope aurantia Crédit : http://www.holoweb.com/

Les araignées mâles ont deux organes sexuels dénommés palpes, qu'elles insèrent l'un après l'autre à l'intérieur de la femelle. Lorsque le mâle Argiope aurantia utilise son second palpe, il subit une attaque fatale, déclare Matthias Foellmer et Daphne Fairbairn, de l'Université de Californie (Riverside, Etats-Unis). Immédiatement après, il devient immobile, ajoute Foellmer. Les mâles tombent dans la posture typique du mort, avec les pattes repliées sous le corps. Leur cœur s'arrête de battre en moins de 15 minutes. Leur corps forme alors une sorte de ceinture sur la femelle.

Les palpes gonflés du mâle décédé restent coincés à l'intérieur de la femelle. Ceci empêche cette dernière de s'accoupler à nouveau et procure au sperme les quelques minutes nécessaires à la fertilisation des œufs. La femelle ne peut se débarrasser du mâle pendant un laps de temps d'au moins 15 à 25 minutes. D'autres mâles peuvent essayer d'extraire le mâle mort, mais échouent la plupart du temps.

Les mâles s'investissent complètement dans l'accouplement, probablement parce que trouver une femelle est très difficile. Un tel investissement est courant chez les araignées. Certains en sortent tellement épuisés qu'ils s'en vont en chancelant et meurent, encourageant la femelle à s'en nourrir. Mais Argiope aurantia est le seul animal connu à être programmé pour mourir durant l'accouplement, précise Foellmer.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi