Un médicament à base de cannabis a été approuvé aux États-Unis pour la première fois. © Lumppini, Fotolia

Santé

Un médicament à base de cannabis approuvé aux États-Unis pour la première fois

ActualitéClassé sous :médecine , cannabis , cannabidiol

Les autorités sanitaires américaines ont autorisé pour la première fois la mise sur le marché d'un médicament dérivé du cannabis. L'Epidiolex est destiné au traitement de certaines formes d'épilepsie sévère chez l'enfant.

Pour la première fois, les États-Unis ont approuvé un médicament à base de cannabidiol purifié (CBD), l'un des 80 éléments actifs du cannabis.

« Cette avancée médicale est importante, a déclaré Scott Gottlieb, le responsable de l'Agence fédérale des médicaments, la FDAMais il faut également souligner qu'il ne s'agit pas d'une autorisation du cannabis ou de l'ensemble de ses composants. L'autorisation concerne un médicament particulier au CBD, pour une utilisation particulière ». L'autorisation s'est fondée sur des essais cliniques, a-t-il ajouté.

Un antiépileptique commercialisé sous le nom d'Epidiolex

L'Epidiolex pourra être prescrit contre deux syndromes touchant les enfants à partir de 2 ans, et qui peuvent provoquer des crises d'épilepsie : le syndrome de Lennox-Gastaut et celui de Dravet. Le CBD ne provoque pas d'euphorie : c'est le THC, un autre élément actif du cannabis, qui procure cette sensation.

Le cannabis reste interdit aux États-Unis au niveau fédéral, bien qu'il ait été autorisé localement par plus de la moitié des États fédérés pour une utilisation thérapeutique, et par neuf États, dont la Californie et le Colorado, pour un usage récréatif.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !


Envie d'une réduction sur votre prochain voyage ? Utilisez un code promo Lastminute !

Cela vous intéressera aussi

Interview : le cannabis, une substance anticancérigène ?  En France, la question du cannabis reste sensible puisque, selon les estimations, plus de 4 millions de personnes âgées de 12 à 75 ans en auraient déjà consommé. Ce stupéfiant fait l’objet de nombreuses études aux conclusions contradictoires. Futura est parti à la rencontre de Paul Hofman, directeur du laboratoire de pathologie de Nice et chercheur pionnier dans la détection du cancer du poumon, pour en savoir plus sur cette substance.