Santé

Entraîner son cerveau pour lutter contre les démences

ActualitéClassé sous :médecine , mémoire , mémorisation

Le cerveau, c'est comme un muscle. Pour éviter qu'il ne régresse, il faut l'entretenir. C'est pourquoi une étude canadienne montre qu'en participant à des exercices de mémorisation ou de raisonnement, on peut améliorer ses capacités cérébrales, même à un âge avancé.

Pour maintenir son cerveau en bonne santé, il faut l'utiliser et le stimuler. En renforçant les neurones et les connexions qu'ils établissent les uns entre les autres, on pourrait ralentir la progression des tumeurs. © Benedict Campbell, Wellcome Images, Flickr, cc by nc nd 2.0

Êtes-vous plutôt sudoku ou êtes-vous récemment passé au ruzzle ? Selon une étude publiée dans le Canadian Medical Association Journal, les jeux de réflexion et les exercices mentaux permettraient de prévenir le déclin cognitif. Et ce, bien plus efficacement que les médicaments ou les exercices physiques.

Selon les chercheurs de l'université de Toronto« la déficience cognitive légère affecte 10 % à 25 % des plus de 70 ans ». Ces scientifiques ont alors passé au crible un échantillon de 32 études évaluant l'efficacité de différents traitements... ou du moins présentées comme telles. Ainsi, comme l'avaient déjà montré de précédents travaux, le gingko biloba ne présente aucun intérêt. Pas plus d'ailleurs qu'une supplémentation vitaminique. Plus surprenant, l'activité physique ne se montrerait pas davantage performante.

Faire des exercices intellectuels régulièrement, comme s'exercer tous les jours aux mots croisés, pourrait contribuer à améliorer les performances cognitives, et donc à ralentir l'effet du vieillissement lié à l'âge. Une solution de base contre les démences ? © Gene Wilburn, Flickr, cc by nc nd 2.0

L’entraînement cérébral, de 7 à 77 ans… et plus encore

En revanche, différents travaux analysés ont mis en avant l'intérêt de maintenir une activité cérébrale tout au long de la vie. Les auteurs citent notamment une expérience au cours de laquelle des exercices de mémorisation, de raisonnement ou de rapidité ont permis aux participants d'améliorer leurs capacités cérébrales.

« Rien d'étonnant. Comme n'importe quel muscle, le cerveau s'use si on ne l'utilise pas », analyse Raza Naqvi du département Gériatrie de l'université de Toronto. « Cette découverte devrait aider à la mise en place de stratégies contre le déclin cognitif. De futures études devront toutefois déterminer de façon plus pratique l'efficacité de différents exercices, comme les mots croisés. »

Cela vous intéressera aussi