L’alpiniste pense être accompagné et en fait c’est une hallucination… © Maygutyak, Fotolia

Santé

Ascension de l'Everest : pourquoi les alpinistes entendent des voix

ActualitéClassé sous :médecine , alpinisme , psychose

La montagne rend-elle fou ? Si on en croit les nombreux récits qui témoignent de phénomènes psychotiques à très haute altitude, elle peut en effet favoriser des hallucinations. Des chercheurs européens qui ont étudié ces évènements décrivent une nouvelle condition médicale : la « psychose isolée de haute altitude ».

Lorsque Jeremy Windsor a fait l'ascension du mont Everest en 2008, il a vécu une curieuse expérience. À plus de 8.200 mètres d'altitude, il a fait la rencontre d'un homme, Jimmy, qui l'a accompagné et l'a encouragé, avant de disparaître sans laisser de trace. Voici ce qu'il raconte : « j'ai d'abord rencontré Jimmy sur le balcon, un plateau de neige froid et balayé par les vents, sur la crête sud-est du mont Everest. À une altitude de plus de 8.200 mètres, notre présentation avait été brève, avec à peine plus qu'un "salut" étouffé et quelques mots d'encouragement passant entre nous. Au-dessus de mon épaule droite, masquée par le masque à oxygène volumineux et le rebord du bas qui couvrait mon visage, j'étais sûr que je pouvais voir Jimmy bouger légèrement dans l'obscurité. Mais bien qu'il soit resté près de moi pour le reste de la journée, je ne l'ai plus revu ».

J'étais sûr que je pouvais voir Jimmy bouger légèrement dans l'obscurité. Mais bien qu'il soit resté près de moi pour le reste de la journée, je ne l'ai plus revu

Ce récit n'est pas un cas isolé. La littérature de montagne regorge d'exemples où un alpiniste tient des propos insensés ou change de chemin sans raison... Ce phénomène peut être bénéfique si l'alpiniste entend des voix qui l'encouragent. Mais ces hallucinations et ces pertes de contact avec la réalité restent dangereuses, car elles amènent à des erreurs de jugement et peuvent provoquer des accidents potentiellement mortels.

Les comportements inhabituels et les hallucinations rencontrés à des altitudes extrêmes sont généralement attribués au mal des montagnes. Car les symptômes apparaissent souvent en même temps que des maux de tête importants, de la nausée, des problèmes d'équilibre, qui sont dus à un œdème cérébral de haute altitude.

Des médecins de l'Eurac (Italie) et de l'université médicale d'Innsbrück ont voulu mener une enquête approfondie sur ces épisodes psychotiques. Pour leur recherche, parue dans Psychological Medicine, Katharina Hüfner et Hermann Brugger ont rassemblé 80 épisodes psychotiques provenant de la littérature allemande de montagne.

La psychose isolée de haute altitude est temporaire

Les chercheurs ont analysé les symptômes pour décrire une nouvelle condition médicale : la psychose isolée de haute altitude. Hermann Brugger explique dans un communiqué« dans notre étude, nous avons trouvé qu'il y avait un groupe de symptômes qui sont purement psychotiques ; c'est-à-dire que bien qu'ils soient en effet liés à l'altitude, ils ne peuvent être attribués à un œdème cérébral de haute altitude, ni à d'autres facteurs organiques comme la perte de fluides, des infections ou des maladies organiques ».

La psychose isolée de haute altitude apparaît plutôt au-delà de 7.000 m d'altitude. Elle pourrait être liée au manque d'oxygène. Les symptômes disparaissent complètement quand l'individu revient à une altitude plus basse. Il n'y a pas de séquelles à long terme.

Pour Katharina Hüfner, « cette découverte nous a permis de faire une recherche plus approfondie sur les psychoses temporaires chez des personnes par ailleurs complètement en bonne santé, une recherche qui pourrait fournir des indications importantes pour la compréhension des maladies psychiatriques telles que la schizophrénie ».

Il est important que les alpinistes soient conscients de ce phénomène afin d'éviter des accidents de montagne. L'an prochain, les chercheurs ont en projet une collaboration avec des médecins népalais pour continuer leurs travaux dans l'Himalaya.

  • Des chercheurs européens décrivent une nouvelle condition médicale : la psychose isolée de haute altitude.
  • Elle se manifeste par des hallucinations au-delà de 7.000 m d’altitude, qui disparaissent à basse altitude sans laisser de séquelles.
  • Ces épisodes psychotiques peuvent être source d’accidents en haute montagne.
Cela vous intéressera aussi

Parfois, les glaciers deviennent rouges, pourquoi ?  À plus de 3000 m d'altitude, la neige se colore parfois en rouge. Cet étrange phénomène est dû à un organisme qui affectionne particulièrement le froid. Découvrez cette algue surprenante en vidéo, avec l'aide du Muséum national d'histoire naturelle.