Les produits chimiques pour défriser les cheveux n'ont pas une composition très saine. Une étude indique même que leur utilisation augmente le risque de cancer de l'utérus.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Les colorations pour les cheveux augmentent-elles le risque de cancer ? Les colorations pour les cheveux favorisent-elles l'apparition du cancer ? On vous explique tout dans cette vidéo !

Les produits capillaires de défrisage sont suspectés d'augmenter le risque de cancer de l'utérusutérus chez les femmes qui les utilisent. C'est la conclusion d'une étude publiée dans le Journal of the National Cancer Institute menée auprès de 30.000 femmes vivant aux États-Unis. Sa force est qu'elle réunit des femmes de différentes origines ethniques : afro-américaines, hispaniques, asiatiques et amérindiennes. Ces dernières ont été suivies pendant 10 ans et, durant cette période, 357 d'entre elles ont développé un cancer de l'utérus. 

Chaque année, environ 3.000 femmes développent un cancer de l'utérus en France. © Orawan, Adobe Stock
Chaque année, environ 3.000 femmes développent un cancer de l'utérus en France. © Orawan, Adobe Stock

Voir aussi

Les colorations pour les cheveux augmentent-elles le risque de cancer ?

Des produits capillaires qui affectent la santé

Il s'avère que le risque de voir ce cancer apparaître est beaucoup plus élevé chez les femmes qui utilisent des produits capillaires pour défriser leurs cheveux - dans l'étude, 60 % de ces femmes sont d'origine afro-américaine. « Nous avons estimé que 1,64 % des femmes qui n'utilisent jamais de produit de défrisage vont développer un cancer de l'utérus avant 70 ans, mais pour celles qui en utilisent souvent, le risque atteint les 4,05 % », explique Alexandra White, autrice principale de l'étude. Avec ses collègues, elle écrit : « Nous avons observé un risque ajusté 80 % plus élevé de cancer de l'utérus chez les femmes ayant déjà utilisé un produit de défrisage au cours des 12 mois précédents. » Si les femmes afro-américaines sont plus enclines à utiliser des produits de défrisage, le risque d'apparition du cancer de l'utérus n'est pas plus élevé chez elles que chez les femmes blanches ou latinas par exemple. En revanche, elles risquent de souffrir de plus de problèmes de santé dus à cette pratique souvent commencée à un jeune âge, selon les scientifiques. 

Une augmentation inquiétante pour un cancer qui reste rarement diagnostiqué, mais dont l'incidence et la mortalité associée sont en hausse depuis 20 ans. « Plus de recherches sont nécessaires pour confirmer ces résultats dans différentes populations, pour déterminer si les produits capillaires contribuent à des disparités de santé dans le cancer de l'utérus et pour identifier les moléculesmolécules spécifiques qui pourraient augmenter ce risque de cancer chez les femmes », conclut Alexandra White.