Santé

Voyager dans l’espace fragilise le système immunitaire

ActualitéClassé sous :biologie , apesanteur , système immunitaire

Les cellules immunitaires résistent mal à la micropesanteur. C'est le résultat d'un programme spatial de deux ans présenté lors d'une conférence internationale.

Lors d'un voyage dans l'espace, les conditions sont difficiles et le système immunitaire est affaibli. © wikiImages, Pixabay

Qui n'a jamais rêvé de voyager dans l’espace ? L'exploration de l'univers n'est pourtant pas sans difficulté : confinement, promiscuité, éloignement familial, manque de sommeil et apesanteur font partie intégrante de la journée de l'astronaute. Ainsi, lors d'une excursion spatiale, deux grands défis doivent être relevés, technique et médical. En effet, l'état de santé des astronautes est un enjeu majeur lors de missions de longue durée dans l'espace, où la physiologie est soumise à de nombreuses contraintes.

Afin d'assurer ce bien-être, il convient de mieux connaître l'effet des voyages spatiaux sur le corps humain, et en particulier sur sa capacité à lutter contre les infections. En d'autres termes, comment le système immunitaire agit-il dans l'espace ? Pour le savoir, une équipe de quatre astronautes de l'armée américaine s'est penchée sur une expérience réalisée en orbite lors du dernier vol de la navette spatiale Atlantis, en juillet 2011. Les résultats ont été présentés lors du salon Experimental Biology 2013, qui s'est tenu du 20 au 24 avril derniers à Boston.

Quels effets l'environnement spatial induit-il sur la physiologie humaine, mais aussi animale et végétale ? La question est posée depuis des lustres mais nous n'avons pas encore toutes les réponses... © NASA-Imagery, Pixabay

Cette expérimentation s'appuie sur des travaux antérieurs montrant que dans l'espace, le système immunitaire humain est affaibli. Par ailleurs, d'autres études démontrent que la virulence de certaines bactéries augmente avec la micropesanteur. Reste à savoir comment les défenses de l'organisme sont capables de lutter contre les infections bactériennes dans l'espace, et à quel point ce mécanisme est différent de son équivalent sur Terre.

Les cellules immunitaires résistent mal à la micropesanteur

Pour cette étude, les chercheurs ont étudié ces échantillons qui ont séjourné six jours dans l'espace et réalisé des expériences témoins sur Terre. Dans les deux cas, des cellules immunitaires humaines ont été cultivées puis mises en contact avec une toxine bactérienne appelée endotoxine. Les résultats sont sans surprise : dans l'espace, les cellules immunitaires répondent très mal à l'agression par la toxine. « Le problème ne vient pas vraiment de la toxine », explique Marti Jett, directeur de ce programme à l'US Army Medical Command. « En son absence, les cellules ont déjà du mal à se diviser et essayent tant bien que mal de lutter contre la micropesanteur. » Bien qu'un peu décevants, ces résultats pourraient permettre de mieux comprendre les phénomènes immunitaires, et en particulier d'appréhender l'effet du stress sur leur activité.

Comme on peut facilement l'imaginer, l'étude des mécanismes biologiques dans l'espace relève de la prouesse technique. Elle n'a pas pour seul but d'améliorer la santé des astronautes : elle pourrait aussi aider à mettre en relief des phénomènes biologiques non visibles sur Terre.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi