Pour voir sous l'eau, les serpents s'inspirent des singes

Classé sous :serpent , Vue , singe

Durant le Miocène, aux alentours de -15 millions d'années, certains serpents ont plongé dans les océans. Un changement radical de milieu de vie. Entre autre chose, ces reptiles ont dû adapter leur vision à la luminosité et aux couleurs du monde marin. Tout en conservant leur capacité à voir correctement hors de l'eau, puisque encore aujourd'hui, ils doivent remonter à la surface pour respirer.

Une étude, publiée dans Current Biology, suggère que les serpents de mer plongeurs partagent leurs facultés d'adaptation avec certains primates frugivores. Plus précisément en ce qui concerne la vision des couleurs. Celle-ci est généralement limitée chez les serpents, mais les chercheurs ont constaté que la diversification adaptative des pigments visuels a été très rapide chez les serpents de mer.

Le serpent marin olive (Aipysurus laevis) remonte à la surface pour reprendre son souffle. © Bruno Simoes, Université de Plymouth

Bruno Simões, coauteur de l'étude, s'enthousiasme : « Dans le monde naturel, les espèces doivent évidemment s'adapter à mesure que l'environnement qui les entoure change. Mais voir un changement aussi rapide dans la vision des serpents de mer en moins de 15 millions d'années est vraiment étonnant. Le rythme de diversification des serpents de mer, par rapport à leurs parents terrestres et amphibies, est peut-être une démonstration de l'environnement extrêmement difficile dans lequel ils vivent et de la nécessité pour eux de continuer à s'adapter pour survivre. »

Chez certains primates frugivores, la possibilité de distinguer une large variété de couleurs provient du polymorphisme allélique. C'est-à-dire qu'il existe plusieurs versions du même gène, afin d'élargir la gamme de couleurs vues. Les serpents de mer auraient utilisé un mécanisme similaire pour obtenir une sensibilité plus importante au bleu et aux UV.

Le serpent marin olive (Aipysurus laevis) prend une respiration tout en cherchant de la nourriture, en Australie occidentale. © Bruno Simoes, Université de Plymouth
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] L'attaque d'un serpent à sonnette filmée en 500 images par seconde  Dans cette vidéo filmée, on découvre un rat-kangourou attaqué par surprise par un serpent à sonnette. Le mouvement foudroyant du prédateur est capturé à un rythme de 500 images par seconde. Malgré toute l’énergie, il va manquer sa proie. Les biologistes qui ont capturé cette séquence une nuit de l’été 2015, au Nouveau-Mexique, s’intéressent de près à la relation proie-prédateur en milieu naturel.