L’émergence de nouvelles espèces animales ne résulterait pas uniquement de changements géographiques, comme la formation d’une montagne qui isolerait des populations les unes des autres et les ferait diverger avec le temps. La spéciation se poursuivrait bien au-delà, durant des périodes de stabilité. Du moins si l'environnement n'est pas trop perturbé.
Cela vous intéressera aussi

La mobilité d'une espèce et le temps qu'elle passe dans une localité seraient les deux facteurs prédominants de la spéciationspéciation, ce processus de diversification des espèces, rapporte une étude parue dans la revue Nature.

Pour arriver à cette conclusion, l'équipe de recherche composée d'une quinzaine de scientifiques s'est penchée sur 27 espècesespèces d'oiseaux du néotropique. Cette vaste région est représentative d'une unité écologique qui s'étend globalement de l'Amérique du Sud jusqu'au Mexique. Comprenant la forêt amazonienne, elle est considérée comme la plus riche au monde en diversité biologique. Du matériel génétiquematériel génétique de nombreuses lignées d'oiseaux a été analysé en vue d'obtenir une large et claire vision de la période et de la façon dont des espèces ont pu voir le jour.

Les résultats révèlent notamment qu'au fil du temps, entre 9 et 29 épisodes de divergence des espèces se sont produits au travers de la cordillère des Andes. Pour les chercheurs, la formation de la chaîne montagneuse a joué un rôle dans la diversification des volatiles, mais n'en a pas été l'unique facteur. « L'extraordinaire diversité des oiseaux d'Amérique du Sud est généralement attribuée à de grands changements dans le paysage au fil des temps géologiques, rappelle Robb Brumfield, coauteur et chercheur à l'université d'État de Louisiane, aux États-Unis, mais notre étude suggère que des périodes prolongées de stabilité du paysage priment. »

La spéciation, processus évolutif par lequel naissent de nouvelles espèces vivantes, a permis l’apparition de 340 espèces d’oiseaux-mouches en Amérique, tel ce colibri de Costa (<em>Calypte costae</em>). © Jon Sullivan, <em>Wikimedia Commons</em>, domaine public

La spéciation, processus évolutif par lequel naissent de nouvelles espèces vivantes, a permis l’apparition de 340 espèces d’oiseaux-mouches en Amérique, tel ce colibri de Costa (Calypte costae). © Jon Sullivan, Wikimedia Commons, domaine public

L’altération des habitats affecte la spéciation

Selon Robb Brumfield et ses confrères, l'histoire et l'écologieécologie ont également influencé la spéciation parmi les 27 espèces d'oiseaux étudiées : rester à un endroit confère à une espèce plus de temps et plus de chances de se disperser et de diverger, concluent-ils. Par exemple, l'étude montre que les espèces d'oiseaux confinées au sol forestier sont significativement plus nombreuses que celles inféodées à un milieu plus vaste et ouvert, comme la canopée.

A contrario, plus les habitats des espèces sont détruits, par la déforestation par exemple, moins elles ont de chances d'évoluer et de continuer à vivre. Pour Robb Brumfield, ces « résultats suggèrent que les altérations humaines du paysage peuvent effectivement tuer le processus de spéciation ». Un argument en faveur de la biologie de la conservation.