Les chats survivent mieux aux morsures de serpents que les chiens, et voici pourquoi

Classé sous :serpent , venin , chat

« En Australie, le serpent brun de l'Est - Pseudonaja textilis - est à lui seul responsable d'environ 76% des morsures de serpents domestiques signalées chaque année. Seulement 31% des chiens survivent à sa morsure sans antivenin, tandis que les chats sont 66% à y survivre » explique Bryan Fry. Il est le coauteur d'une étude, parue dans Comparative Biochemistry and Physiology, qui avance un début d'explication.

Le serpent brun de l'Est a un venin extrêmement mortel, notamment en raison de ses effets coagulants. Après une morsure, le venin se diffuse dans l'organisme et provoque la consommation très rapide des facteurs de coagulation. Au point qu'il n'en reste plus pour stopper les phénomènes hémorragiques qu'il déclenche dans un second temps. L'individu mordu peut alors se vider de son sang, s'il ne reçoit pas un antidote à temps. Ce phénomène est nommé « coagulopathie de consommation induite par le venin ».

Après une morsure de serpent et l'injection d'un antivenin, les chats conservent toujours de meilleures chances de survie que les chiens. © Zsv3207, Adobe Stock

Les chercheurs ont analysé la capacité de coagulation du plasma des chats, des chiens et des humains in vitro, en y injectant différents venins de serpent dont celui de Pseudonaja textilis. « Tous les venins ont agi plus rapidement sur le plasma du chien que sur celui du chat ou de l'humain » écrivent les chercheurs. Dès lors, les chiens subiraient une incapacité à coaguler plus vite que les chats, et seraient donc plus vulnérables face aux venins de serpent.

Les différences de comportement entre chiens et chats peuvent aussi expliquer cette plus grande vulnérabilité. « Les chiens explorent généralement avec leur nez et leur bouche, qui sont des zones très vascularisées, tandis que les chats tapent souvent avec leurs pattes » suggère Bryan Fry. Sans compter que les chats sont bien moins énergiques que les chiens. Or, « après une morsure, la meilleure pratique est de rester aussi immobile que possible pour ralentir la propagation du venin ».

Les adultes de l'espèce Pseudonaja textilis peuvent atteindre 2m de long ! © Ken, Adobe Stock
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] L'attaque d'un serpent à sonnette filmée en 500 images par seconde  Dans cette vidéo filmée, on découvre un rat-kangourou attaqué par surprise par un serpent à sonnette. Le mouvement foudroyant du prédateur est capturé à un rythme de 500 images par seconde. Malgré toute l’énergie, il va manquer sa proie. Les biologistes qui ont capturé cette séquence une nuit de l’été 2015, au Nouveau-Mexique, s’intéressent de près à la relation proie-prédateur en milieu naturel.