La hauteur des vaguesvagues et la vitessevitesse des ventsvents marins ont augmenté en 33 ans, en particulier dans l'océan Austral (ou océan AntarctiqueAntarctique) et pour les phénomènes déjà considérés comme « extrêmes », d'après une étude compilant les données de 31 satellites entre 1985 et 2018. Ainsi, les vents les plus violents de l'océan Austral ont accéléré de 1,5 m/s (soit environ 5 cm/s par an), tandis que les vagues les plus fortes ont gagné 30 cm (soit environ 1 cm par an) sur la période considérée. L'étude réalisée par des chercheurs de l'université de Melbourne, en Australie, a été publiée dans le journal Science.

Augmentation (en rouge) ou diminution (en bleu) de la vitesse des vents <em>« extrêmes »</em> dans le monde (les 10 % de vents les plus forts) en centimètres par seconde par an, entre 1985 et 2018 © Ian Young,<em> University of Melbourne</em>, <em>Science</em>, 2019
Augmentation (en rouge) ou diminution (en bleu) de la vitesse des vents « extrêmes » dans le monde (les 10 % de vents les plus forts) en centimètres par seconde par an, entre 1985 et 2018 © Ian Young, University of Melbourne, Science, 2019

Les 33 ans de données satellitaires correspondent à quatre milliards d'observations effectuées par trois types d'instruments - altimètres (mesure des altitudes), radiomètreradiomètre (mesure de l'intensité du rayonnement) et diffusiomètre (mesure des variations du signal rétrodiffusé par une surface, dues par exemple aux vagues créées par le vent). Ces résultats sont appuyés par des mesures in situ enregistrées par 80 bouées météorologiquesbouées météorologiques à travers le globe. Un océan Austral plus houleux et tempétueux a des répercussions sur les océans Indien, Pacifique sud et Atlantique sud et augmente les risques d'inondationinondation et d'érosion pour les régions côtières, déjà menacées par la montée du niveau marin.