Traversé par la lame, le patin ou sabot d’appui doit venir en butée pendant le sciage, hormis lorsqu’il s’agit de scier au ras d’un mur (un tuyau par exemple). © Einhell

Maison

Comment choisir et utiliser une scie sabre ?

Question/RéponseClassé sous :Outillage , Scie sabre , travaux maison

La scie sabre, ou scie égoïne motorisée, est une machine polyvalente capable de couper le bois, le métal, le plastique, certains matériaux de construction, dans des positions parfois extrêmes. Elle peut aussi décaper, limer, poncer...  grâce à une variété d'accessoires spécifiques.

Pour effectuer son travail de coupe, la scie sabre reproduit le rapide mouvement de va-et-vient de la scie sauteuse. Mais sa lame se monte dans l'axe du corps, et non perpendiculairement à celui-ci. Cette conception originale procure une grande liberté de manœuvre et un vrai confort d'utilisation, si la machine ne pèse pas trop lourd.

Les principaux points à vérifier

La motorisation. Comme c'est régulièrement le cas en matière d’outillage électroportatif, les modèles filaires ont plus de coffre que leurs homologues à batterie.

  • La puissance nominale des scies sabres à fil varie de 400 à 1.800 W : pour des travaux courants, 600 W est un minimum.
  • Les scies sabres à batterie ont une tension comprise entre 10,8 et 24 V.  En dessous de 18 V, le manque de pêche est flagrant.

La cadence de coupe. Exprimée en courses ou coups/minute, elle reflète l'efficacité de la scie sabre.

  • Les machines les plus performantes atteignent 3.500 cps/min. Pour un travail optimal, il faut pouvoir atteindre au moins 2.500 crs/min
  • La variation électronique permet d'adapter l'allure au matériau à couper.

La longueur de course. Elle est de 20 à 30 mm en moyenne, selon les modèles. Plus elle est importante, plus la coupe est efficace et moins la lame s'use.

La capacité de coupe. Déterminée par la longueur de course, elle varie en fonction des matériaux. Suivant les machines :

  • de 10 à 130 mm (avec lubrification) dans l'acier ;
  • de 90 à 230 mm dans le bois.

La prise en main. Une poignée ergonomique antidérapante, une gâchette et un bouton de blocage aisés à actionner sont des critères de confort prépondérants.

Le changement de lame. Sans outil (à levier), c'est l'idéal.

Les lames sont usinées dans différentes qualités d’acier. Elles existent avec des dentures spécifiques, dans différentes dimensions (longueur, épaisseur). On a souvent besoin de compléter l’assortiment de base livré avec la scie sabre, ne serait-ce que pour remplacer les exemplaires cassés ou usagés. © Dewalt

Le poids. Pour les travaux de précision ou de longue haleine, on apprécie que la scie sabre soit la plus légère possible.

  • Si tout dépend de la force physique des utilisateurs, on estime qu'à partir de 3,5 kg les bras et les épaules fatiguent vite...

La fonction pendulaire. Le mouvement pendulaire réduit l'effort de coupe et donc l'échauffement de la lame, tout en optimisant l'évacuation de la sciure.

  • Pratique pour le travail du bois en atelier ou l'élagage au jardin, pour ceux qui répugnent à utiliser une tronçonneuse.
  • Mais une agressivité inadaptée aux matériaux délicats et à la précision.

À retenir

Les scies sabres s'équipent désormais de lames à emmanchement universel. On dispose ainsi d'une entière liberté de choix.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi