Parachute ouvert, atterrissage d'une capsule Soyuz de retour de la Station spatiale internationale. © ESA, S. Corvaja

Sciences

Une capsule Soyouz avec un équipage à bord s'est dépressurisée

ActualitéClassé sous :vol habité , retour d'orbite , capsule Soyouz

La Nasa et l'Agence spatiale russe sont-elles cachottières ? Il y a quelques jours, la Nasa avouait un incident survenu à bord d'une capsule Soyouz, de retour d'orbite, avec des astronautes à bord. Certes, l'équipage n'a pas été mis en danger mais dissimuler une information de cette nature est  surprenant. 

  • Lors d'un vol de retour sur Terre, une capsule Soyouz a subi une brève dépressurisation.
  • Un incident sans conséquence pour la santé des astronautes.
  • L'Agence spatiale russe a identifié le problème et réalisé des contrôles sur les capsules en cours de construction.

Le 16 octobre, lors de la dernière réunion du Comité consultatif de la Station spatiale internationale, la Nasa a annoncé qu'une capsule Soyouz avait subi une dépressurisation lors de son retour d'orbite en avril 2017. Une information qui n'avait jusqu'alors pas été dévoilée.

Le véhicule Soyouz concerné par cet incident est le MS-02 qui a atterri le 10 avril avec à son bord l'astronaute de la Nasa Shane Kimbrough et les cosmonautes de l'Agence spatiale russe Sergey Ryzhikov et Andrey Borisenko. Cette perte partielle de pression a été sans conséquence pour l'équipage, de retour d'une mission de près de six mois à bord de la Station spatiale internationale.

Dans les vastes steppes du Kazakhstan, une capsule Soyouz (à droite) posée au sol, après son atterrissage. © ESA, S. Corvaja

Des cargos bien plus sujets à pannes et accidents que des capsules

L'incident est survenu lorsque le parachute de la capsule s'est déployé à environ 8 kilomètres au-dessus du site d'atterrissage. Une soudure a été endommagée à cet instant, occasionnant une courte fuite d'air hors de la capsule. L'épisode a été qualifié de bref parce qu'à cinq kilomètres d'altitude, une valve s'ouvre pour laisser entrer dans la capsule de l'air frais venu de l'extérieur. Tout au long de l'incident, les trois astronautes étaient au courant de cette dépressurisation, signalée par les instruments de bord.

À notre connaissance, depuis le début de la construction de la Station spatiale en novembre 1998, aucun accident grave concernant une capsule Soyouz n'est à déplorer. Cela dit, cet incident fait partie d'une série d'évènements qui ont soulevé des questions sur la fiabilité des véhicules russes desservant la Station spatiale internationale. Une remise en cause qui nous paraît exagérée au regard du nombre d'utilisations de ces cargos, dont le premier vol remonte à janvier 1978.

Pour rappel, en décembre 2016 un cargo Progress a été détruit après son décollage. En avril 2015, un Progress est devenu hors de contrôle et n'a pas pu s'amarrer à la Station malgré plusieurs tentatives. Par la suite, il est tombé dans l'atmosphère où il s'est consumé. Auparavant, le seul échec de ce cargo russe en près de vingt ans date d'août 2011, quand un Progress est retombé au sol après l'échec de sa mise en orbite.

L’amarrage d’un Soyouz à l’ISS en time-lapse  Au cours de cette vidéo, on peut voir les quinze dernières minutes de la procédure d’amarrage d’un Soyouz à l’ISS. Bien que les images soient passées en accéléré, on peut apprécier le rassemblement de la capsule et de la Station à une vitesse d’environ 27.000 km/h, en orbite autour de la Terre.