Comment font les astronautes dans leurs combinaisons spatiales quand ils ont une envie pressante ? Peut-on aller aux toilettes dans l'espace ? Et pour se laver ? © Nasa

Sciences

Comment les astronautes font-ils pour aller aux toilettes ? Et pour se laver ?

Question/RéponseClassé sous :Astronautique , astronaute , ISS

Aller aux toilettes est un geste banal sur Terre mais quand on est dans l'espace, c'est une tout autre affaire. Alors, pour « la grosse ou la petite commission », comment cela se passe-t-il dans la Station spatiale internationale ? Et comment font donc les astronautes pour se laver ?

Comme vous devez vous en douter, aller aux toilettes dans la Station spatiale internationale (ISS) n'est pas aussi simple que sur Terre, 400 km plus bas. En effet, en l'absence de gravité, les résidents utilisent un dispositif adapté qui permet d'aspirer les déchets qu'ils soient liquides ou solides. Il y a pour cela deux façons de faire.

Dans la vidéo ci-dessous, présentée et réalisée à bord de l'ISS par Samantha Cristoforetti, vous constaterez qu'il existe, pour la petite commission, un tuyau avec une sorte d'entonnoir à l'extrémité. L'urine est ainsi transférée dans le Urine Processor Assembly pour être recyclée... en eau potable, car oui, dans cet environnement fermé, l'eau est très précieuse.

Pour la grosse commission, les astronautes peuvent utiliser un petit siège aménagé au-dessus du conteneur, lui aussi équipé d'une pompe. Toutefois, comme l'explique l'astronaute italienne, personne ne s'assoit vraiment en apesanteur... Quand ce conteneur est rempli, « c'est-à-dire à peu près tous les 10 jours pour une équipe de trois personnes », explique-t-elle, il rejoint ensuite d'autres déchets du quotidien qui seront évacués dans l'espace. L'incinération de ces déchets se fait, disons plus bas, lorsque ceux-ci pénètrent dans la haute atmosphère terrestre. À ce propos, d'ailleurs, si vous avez déjà observé des bolides dans le ciel, il s'agissait peut-être en fait... de déchets organiques largués depuis l'ISS !

Dans l'espace, les toilettes, même si elles ont coûté 20 millions de dollars, peuvent aussi tomber en panne. Pour l'anecdote, l'une des premières interventions de Thomas Pesquet après son arrivée à bord de la Station spatiale fut de les réparer avec sa collègue Peggy Whitson.

La spationaute Samantha Cristoforetti nous présente les cabinets de l’espace : pas des WC mais des WHC pour Waste And Hygiene Compartment ! Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle blanc en bas à droite. Les sous-titres en anglais apparaissent alors. Cliquez ensuite sur la roue dentée à droite du rectangle, puis sur « Sous-titres » et enfin sur « Traduire automatiquement ». Choisissez « Français ». © ESA

La Nasa cherche des idées et a lancé le « Space Poop Challenge »

Avec une combinaison, le problème est un peu plus compliqué. Les astronautes les revêtent lors de sorties extravéhiculaires et, bien sûr, durant leur voyage vers la Station ou au cours de leur retour vers la Terre. Cela peut donc durer plusieurs heures, et même, dans l'extrême (en cas de crise), jusqu'à six jours consécutifs. Aussi, pour la Nasa, qui prépare les futures explorations humaines de la Lune et de Mars, pas question que les déchets (selles, urines, pertes menstruelles) soient en contact avec la peau durant des heures. Comment faire alors pour régler ce problème, autrement qu'avec les couches actuellement d'usage ?

L'Agence spatiale américaine a fait appel à l'ingéniosité des citoyens terrestres. Lancé en novembre 2016, le Space Poop Challenge (en français « concours du caca dans l'espace ») a recueilli en trois mois plus de 20.000 participations. Trois concepts ont retenu l'attention de la Nasa (voir les finalistes ici). La moitié des 30.000 dollars de récompense est allée à Thatcher Cardon, médecin dans l'Air Force, pour son MACES Perineal Access & Toileting System (M-PATS). Son système prévoit une ouverture, une sorte de sas, au niveau du périnée pour que les astronautes puissent interchanger leurs couches. « Derrière cette ouverture, il y aurait un sas dans lequel plusieurs objets, en particulier les couches, pourraient être gonflés ou dégonflés à l'intérieur de la combinaison », précise France Inter.

Comment font les astronautes pour se laver ?

Comme on peut l'imaginer, se laver dans l'espace n'est pas une tâche aisée et, du fait de l'apesanteur, les habitants de la Station spatiale perdent en confort. Une fois encore, c'est Samantha Cristoforetti qui nous montre, à travers la vidéo ci-dessous, comment cela se passe.

Dans cette vidéo, Samantha Cristoforetti nous invite à découvrir la salle de bain de la Station spatiale. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle blanc en bas à droite. Les sous-titres en anglais apparaissent alors. Cliquez ensuite sur la roue dentée à droite du rectangle, puis sur « Sous-titres » et enfin sur « Traduire automatiquement ». Choisissez « Français ». © ESA

Il y a deux façons de prendre une « douche », explique-t-elle :

  • Si vous avez le temps, vous pouvez étaler l'eau sur votre peau — celle-ci reste collée grâce à la tension superficielle —, ajouter le savon et les mélanger.

  • Si vous êtes pressé, alors Samantha Cristoforetti préconise de mélanger eau et savon sur votre serviette et de frotter.

Enfin, pour se laver les cheveux, il existe un shampoing un peu spécial qui permet d'être séché après utilisation.

Toute l'eau évaporée est récupérée via le système d'air conditionné où elle s'est condensée. Elle est ensuite de nouveau transformée en eau potable. À bord de la Station spatiale, « on ne perd donc absolument aucune goutte d'eau pour nous laver ».

ISS : l’étonnante expérience d’un comprimé effervescent dissous en impesanteur  Dans l’espace, même les choses les plus simples deviennent surprenantes comme la dissolution d’un comprimé effervescent dans une bulle d’eau en impesanteur. Voici le genre d’expériences que font les astronautes à bord de la Station spatiale internationale (ISS) durant leur temps libre.