Sciences

Mars : MRO réussit sa mission à haut risque et se place en orbite - MAJ

ActualitéClassé sous :Astronautique , MRO , mars

Mise à jour du 11 mars : MRO a réussi cette nuit une mission à haut risque, qui visait à se placer en orbite martienne, avant d'entamer pour les 6 prochains mois une phase de circularisation de son orbite afin de se rapprocher de la planète rouge.

De son orbite basse, MRO examinera en détail la surface et les couches basses de l'atmosphère de Mars (Crédits : NASA)

La mise à feu de son moteur principal a très bien marché, et lui a permis de freiner sa vitesse d'environ 20% afin d'être capturée par la force de gravitation martienne. Après 30 minutes d'angoisse durant lesquelles le contact avec la sonde était incertain à cause de son premier passage derrière Mars, ses différents signaux radio ont confirmé la belle réussite de cette insertion orbitale.

  • Vidéo sur l'insertion orbitale (7Mo - Quicktime)

    Actualité du 9 mars - La sonde de la NASA Mars Reconnaissance Orbiter est entrée dans son approche finale de la planète rouge. Demain, à 22h24 heure de Paris, elle allumera son moteur principal pour freiner sa course folle et se faire capturer par le champ gravitationnel de Mars.

    Mars Reconnaissance Orbiter allumera son moteur principal demain soir, en vue de son freinage et de sa mise en orbite autour de la planète rouge (Crédits : NASA)

    La séquence de commandes, qui a commencé mardi dernier, culminera vendredi 10 mars avec l'allumage - dans le sens de la marche - de son moteur principal. Cette manœuvre permettra de ralentir suffisamment la sonde MRO pour qu'elle soit captée par le champ gravitationnel martien et se place sur une orbite elliptique allongée.

  • Notre dossier complet sur Mars Reconnaissance Orbiter

    La seconde phase sera une période d'aérofreinage, longue de six mois, qui verra la sonde plonger à plus de 500 reprises dans l'atmosphère de Mars, et utiliser sa friction pour circulariser son orbite - et réduire sa période. Ceci dans le but d'assurer un temps de révolution et un cadre de travail optimal pour ses six instruments embarqués.

    Pour les ingénieurs de la NASA, le 10 mars est un jour marqué d'une pierre blanche : « Nous nous préparons depuis plusieurs années à la manœuvre critique que la sonde aura à exécuter. Pour l'heure, tous les voyants sont au vert, mais Mars nous a appris à ne jamais être trop confiant... En effet, deux des quatre derniers orbiteurs de la NASA envoyés sur Mars n'ont pas survécu à leur approche finale » explique Jim Graf, le chef de projet.

    Si la sonde Mars Reconnaissance Orbiter parvient à se placer en orbite optimale, elle ajoutera son expertise à celle des Rovers Spirit et Opportunity, de Mars Global Surveyor, de Mars Odyssey et de Mars Express. De son orbite basse, MRO examinera en détail la surface et les couches basses de l'atmosphère de Mars. La sonde apportera également son soutien aux missions futures, en assurant le relais des communications et en déterminant de nouveaux sites d'atterrissages. Elle pourra transmettre 10 fois plus de données par minute que les sondes antérieures.

    «