En ce qui concerne ce premier cas de grippe aviaire en France, le canard infecté par le virus H5N8 faisait partie d’un groupe de 20 animaux servant d’appelants pour la chasse. © MichaelGaida, Pixabay

Santé

Grippe aviaire H5N8 : de plus en plus de foyers en France

ActualitéClassé sous :grippe aviaire , H5N8 , influenza

Le 9 décembre 2016, la France comptabilisait 12 foyers de grippe aviaire hautement pathogène H5N8 dans des élevages et deux dans la faune sauvage. Ils se répartissent dans six départements : le Tarn, le Gers, le Lot-et-Garonne, les Hautes-Pyrénées, le Pas-de-Calais et la Haute-Savoie.

La grippe aviaire hautement pathogène H5N8 continue sa progression en France. D'après le site du ministère de l’Agriculture, 12 foyers ont été confirmés dans des élevages situés dans quatre départements du sud-ouest : le Tarn, département le plus touché avec sept foyers, le Gers (trois foyers), le Lot-et-Garonne (un foyer) et les Hautes-Pyrénées (un foyer également).

Les derniers foyers d'influenza aviaire hautement pathogène détectés dans des élevages touchent à nouveau le Tarn. Le 8 décembre, deux d'entre eux ont été identifiés dans ce département dans la commune de Monestiés. Le premier dans un élevage de 1.000 canards et le second en concerne un de 7.000 poulets.

Un goéland retrouvé à Évian portait le virus de l’influenza H5N8. © Khliustina Ekaterina, Shutterstock

Des zones de surveillance et de protection sont mises en place

Depuis que le premier foyer a été détecté dans un élevage de volailles, le 1er décembre dernier, les autorités sanitaires ont mis en place un périmètre de protection à 3 km et un périmètre de surveillance à 10 km, autour des zones touchées. Des abattages ont eu lieu dans différentes exploitations. Les exportations de volailles et de produits qui en contiennent sont interdites depuis les zones infectées. La France a relevé son niveau de risque à « élevé ».

Deux foyers ont aussi été détectés dans la faune sauvage : le premier sur des canards sauvages servant d'appelants pour la chasse au gibier d'eau dans le Pas-de-Calais, et le second sur un goéland à Évian, en Haute-Savoie.

Pour en savoir plus

2.000 canards morts de la grippe aviaire dans un élevage du Tarn

Article de Marie-Céline Jacquier paru le 5/12/2016

Un foyer de grippe aviaire hautement pathogène a été confirmé dans le Tarn dans un élevage de canards. Le virus H5N8 circule en Europe depuis plusieurs semaines et est à l'origine de la mort de nombreux oiseaux sauvages et d'élevage.

Dans un communiqué de presse en date du 2 décembre, le ministère de l'Agriculture annonce qu'un foyer de grippe aviaire hautement pathogène a été détecté dans le Tarn. C'est un laboratoire de l'Anses qui a confirmé la présence de la souche influenza H5N8 dans l'exploitation située sur la commune d'Almayrac. Sur les 5.000 canards de l'élevage, 2.000 sont morts.

Une zone de protection à 3 km et une zone de surveillance à 10 km ont été mises en place autour de l'élevage où tous les oiseaux devaient être abattus. Cette souche de virus influenza n'a rien à voir avec celle qui a circulé précédemment en 2016 et qui a provoqué la mise en place d'un vide sanitaire dans le sud-ouest de la France.

H5N8 hautement pathogène est sans danger pour l’Homme

Le virus H5N8 est une souche hautement pathogène qui est à l'origine de nombreux cas de grippe aviaire en Europe. Le premier cas français avait été détecté la semaine passée sur un canard sauvage dans le Pas-de-Calais. Les oiseaux migrateurs transportent le virus et augmentent le risque de propagation de l'influenza aviaire. Si le virus est hautement pathogène pour les oiseaux, il n'existe pas de risque pour l'Homme.

Le ministère de l'Agriculture invite les professionnels (vétérinaires, éleveurs), mais aussi les particuliers qui auraient des oiseaux chez eux, les chasseurs, à la plus haute vigilance. Il faut par exemple signaler les morts suspectes d'oiseaux.


Grippe aviaire : un premier cas en France chez un canard sauvage

Article de Marie-Céline Jacquier, paru le 29/11/2016

Le 26 novembre 2016, un premier cas de grippe aviaire hautement pathogène H5N8 a été confirmé à Marck, dans le Pas-de-Calais. L'animal infecté faisait partie d'un groupe de 20 canards utilisés comme appelants pour la chasse au gibier d'eau.

Depuis plusieurs semaines, une épidémie de virus influenza aviaire hautement pathogène H5N8 se répand en Europe. Des oiseaux infectés ont été retrouvés dans des pays limitrophes de la France, en Suisse et en Allemagne, mais aussi en Hongrie, en Pologne, aux Pays-Bas, au Danemark ou en Croatie. La période migratoire favorise probablement la dispersion du virus.

L'influenza aviaire est une maladie virale très contagieuse, due à un virus influenza de type A, qui touche des oiseaux domestiques, d'élevage et sauvages. La forme dite « hautement pathogène » est associée à une mortalité élevée. En effet, contrairement au virus faiblement pathogène, la grippe aviaire hautement pathogène n'affecte pas seulement le système respiratoire mais de nombreux autres organes et tissus ; elle conduit à des hémorragies internes massives, d'où la forte mortalité.

Le virus H5N8 hautement pathogène arrive en France

Le 28 novembre, le ministère de l’Agriculture a confirmé qu'un cas de grippe aviaire H5N8 avait été détecté en France sur un canard sauvage utilisé comme appelant pour la chasse au gibier d'eau. Le groupe de canards dont il faisait partie a été abattu par mesure de précaution. Comme l'explique le ministère dans un communiqué du 10 novembre, cette nouvelle épidémie n'a rien à voir avec l'épizootie qui a déjà touché des éleveurs du Sud-Ouest en 2016.

L'influenza aviaire est d'abord une zoonose, touchant principalement des animaux, mais certains virus ont pu infecter l'Homme, généralement des personnes en contact étroit avec des animaux infectés. Le virus H5N8 ne représente pas une menace pour l'Homme à l'heure actuelle.

Cela vous intéressera aussi

Interview 2/5 : la grippe, un risque pandémique ?  La grippe est une maladie infectieuse qui touche chaque année une grande partie de la population. Issue de souches virales d'origine animale, elle peut être dans de rares cas mortelle. Nous avons interviewé Jean-François Saluzzo, virologiste auprès de l’OMS, afin qu’il nous parle plus en détail des particularités du virus.