Planète

Préparez-vous à manger des insectes... pour sauver la planète !

ActualitéClassé sous :développement durable , insecte , gaz à effet de serre

-

Et si vous vous mettiez à manger des insectes ? D'après une nouvelle étude, ces animaux riches en protéines sont beaucoup moins pollueurs que les bovins ou les porcs et pourraient peut-être un jour remplacer la viande.

Le ver de farine (Tenebrio molitor) peut constituer un bon repas... si l'on en a envie. © Peter Halasz, Wikimedia, CC by-sa 3.0

Préparez-vous à manger des insectes ! Non pas en vacances dans des pays tropicaux, mais bien dans vos assiettes quotidiennes. En effet, l'agriculture doit se renouveler pour ne pas (ou moins) faire souffrir notre planète, et le ver de farine ou le grillon pourraient bien remplacer nos chers rôtis de porcs et côtes de bœuf.

Et pour cause, l'élevage des animaux pour leur viande constitue une source considérable d'émission de gaz à effet de serre, considérés comme responsable du changement climatique actuel. Pas moins de 18 % du dioxyde de carbone (CO2) émis par l'Homme provient de l'agriculture d'élevage, via les énergies consommées pour le transport, l'alimentation des animaux, la transformation des produits... Mais le méthane (CH4), issu de la fermentation entérique lors de la digestion des ruminants et du fumier qu'ils rejettent, et le protoxyde d'azote (N2O), provenant de l'urine et du fumier des animaux sont également largement répandus dans l'atmosphère.

Une autre pollution s'ajoute à celle des gaz à effet de serre : l'ammoniac (NH3). Issu de l'urine et du fumier, l'ammoniac s'insère dans le sol et provoque son acidification. À elle seule, l'agriculture d'élevage est responsable de 64 % des émissions d'ammoniac par l'activité humaine.

Sauver la planète tout en mangeant des protéines animales

Si nous sommes à priori tous d'accord pour sauver la planète, nous sommes déjà plus réticents à l'idée de nous passer de viande, exception faite des végétariens qui leur préfèrent les fruits et légumes. Pour remplacer la source de protéines animales que constituent les bovins - sans trop nous priver -, il avait été émis l'idée que l'humanité pourrait consommer des insectes, qui sont eux-mêmes très riches en protéines !

Il ne restait qu'à prouver le bienfait de ce sacrifice pour notre bonne vieille Terre. C'est aujourd'hui chose faite grâce à des scientifiques néerlandais de l'université de Wageningen qui se sont attelés à mesurer les productions des différents gaz par les insectes.

Le grillon domestique (Acheta domesticus) peut être consommé et est riche en protéines animales. © Retro traveler, Flickr, CC by-nc-nd 2.0

Cinq espèces d'insectes ont été analysées : le ver à farine (Tenebrio molitor), le grillon domestique (Acheta domesticus), le criquet migrateur (Locusta migratoria), la cétoine marginée du Kenya (Pachnoda marginata) et la blatte géante d'Argentine (Blaptica dubia). Placés dans des cages aux conditions contrôlées, similaires à celles indiquées par les éleveurs professionnels, les insectes ont été laissés trois jours au cours desquels les gaz et le NH3 ont été mesurés régulièrement.

Une réduction de 99 % des gaz à effets de serre par rapport aux bovins !

Selon les résultats publiés dans la revue Plos One, la production de méthane et de N2O est presque négligeable pour la majorité des insectes étudiés, alors que la production de CO2 (en gramme par kilogramme de poids corporel) est très variable selon les insectes et semble à première vue élevée. Ramenées cette fois au gain de poids (ce qui revient à comparer le coût environnemental au bénéfice acquis), les productions de gaz à effet de serre par les insectes sont pour quatre d'entre eux plus faibles que celle des porcs, et représentent environ 1 % des gaz à effet de serre produits par les bovins, selon les chiffres avancés par de précédentes publications.

Ces chiffres s'expliquent en partie par le fait que les insectes sont poïkilothermes, c'est-à-dire que contrairement aux mammifères homéothermes qui maintiennent une température corporelle stable, ils ne dépensent pas d'énergie pour se réchauffer. Cette économie d'énergie met sur le devant de la scène les insectes, qui pourraient alors être sérieusement élevés pour finir dans nos assiettes tout en respectant la planète !