Toyota et Panasonic ont créé la joint-venture Prime Planet Energy & Solutions pour fabriquer des batteries lithium-ion pour l’automobile. © Paul Brennan, Pixabay

Tech

Toyota et Panasonic s'unissent afin de produire des batteries pour les véhicules électriques

ActualitéClassé sous :voiture électrique , Batterie Lithium-métal polymère , batterie Li-ion

-

Face à la domination chinoise et sud-coréenne sur le marché des batteries automobiles, Toyota et Panasonic ont décidé d'unir leurs forces.

Les deux géant nippons Toyota et Panasonic viennent d'officialiser la création d'une coentreprise baptisée Prime Planet Energy & Solutions qui sera chargée de produire des batteries lithium-ion à cellules prismatiques. Ces dernières adoptent un format à plat et peuvent être empilées. Elles diffèrent des batteries de type cylindrique, comme celles qu'utilise Tesla dans ses voitures électriques et qui lui sont d'ailleurs fournies majoritairement par Panasonic à l'heure actuelle.

Toyota sera l'actionnaire majoritaire à 51 % de la coentreprise qui produira des batteries non seulement pour son propre compte mais aussi pour d'autres constructeurs de véhicules électriques. Dans leur communiqué commun, Toyota et Panasonic précisent que Prime Planet Energy & Solutions développera et commercialisera également des batteries à l'état solide ainsi que des batteries « basées sur de nouveaux principes », sans préciser de quelle (s) technologie (s) il pourrait s'agir.

L’Europe veut créer un « Airbus des batteries »

L'union entre ces deux industriels japonais pourrait rebattre les cartes d'un marché dominé par les fabricants chinois (CATL) et sud-coréens (LG Chem) et face auxquels l'Union européenne tente de riposter en créant son « Airbus des batteries ». Ce consortium de 17 entreprises (dont les français PSA et Saft) va aligner plus de 8 milliards d'euros dans les prochaines années pour développer et produire des batteries lithium-ion en Europe.

« La production de batteries en Europe revêt un intérêt stratégique pour notre économie et notre société compte tenu de son potentiel en termes de mobilité propre et d'énergie, de création d'emplois et de compétitivité », a estimé Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive de la Commission européenne. Cette dernière a octroyé une subvention de 3,2 milliards d'euros à ce projet paneuropéen.

Cela vous intéressera aussi
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !