Grâce à des nanotubes de carbone hybrides, des films transparents et étirables peuvent transformer une surface en zone tactile et s’adapter à n’importe quelle forme. Mise au point par la start-up finlandaise Canatu, qui en maîtrise la fabrication industrielle, cette technologie pourrait trouver de nombreuses applications pour les terminaux mobiles, les objets connectés ou encore l’automobile.

Cela vous intéressera aussi

Pour le moment, les interfaces tactiles qui ont envahi notre quotidien sont plates ou au mieux légèrement incurvées. La raison en est que les matériaux à la fois conducteurs et transparentstransparents qui sont employés ne s'adaptent pas à des formes plus complexes ou des supports flexibles. Et pourtant, les écrans tactiles pliables, malléables, que l'on pourra conformer à toutes sortes de design et de besoins ne sont peut-être pas si éloignés. « Les écrans tactilesécrans tactiles flexibles et en 3D vont se généraliser dans les deux à cinq ans à venir », affirme l'entreprise Canatu, jeune pousse finlandaise qui veut évidemment participer à cette révolution grâce à son CNB Flex Film.

Il s'agit d'un film transparent thermoformable qui peut rendre tactile n'importe quelle surface. L'acronyme CNB signifie carbon nanobuds. Ces « nanobuds »  sont en fait des nanotubes de carbonenanotubes de carbone dont la forme a été modifiée pour optimiser les connexions électriques. C'est le résultat d'une hybridation entre des nanotubes de carbone et des fullerènesfullerènes, qui sont des moléculesmolécules de carbone pouvant prendre une forme sphérique. Surmonté de cet appendice en forme de bourgeonbourgeon, le nanobud (bud signifiant bourgeon en anglais) est plus efficace pour émettre des électronsélectrons et assurer la parfaite conductivitéconductivité de la structure quelle que soit sa déformation.

Cette structure appelée <em>nanobud</em> est une hybridation entre un nanotube de carbone et un fullerène. Incorporés à un film transparent, ces <em>nanobuds</em> assurent une conductivité optimale entre eux grâce à cette forme spécifique. Grâce à ce procédé, la start-up finlandaise Canatu a pu concevoir un film transparent et étirable jusqu’à 120% de sa taille. Celui-ci peut rendre tactile n’importe quelle surface. © Arkady Krasheninnikov CC BY-SA 3.0
Cette structure appelée nanobud est une hybridation entre un nanotube de carbone et un fullerène. Incorporés à un film transparent, ces nanobuds assurent une conductivité optimale entre eux grâce à cette forme spécifique. Grâce à ce procédé, la start-up finlandaise Canatu a pu concevoir un film transparent et étirable jusqu’à 120% de sa taille. Celui-ci peut rendre tactile n’importe quelle surface. © Arkady Krasheninnikov CC BY-SA 3.0

Un nanotube de carbone surmonté d’un bourgeon

« Il a été démontré que les nanobuds sont de meilleurs émetteurs de champ que les nanotubes traditionnels avec l'avantage supplémentaire qu'ils n'ont pas besoin d'être alignés pour cela », souligne Canatu. L'entreprise vante les propriétés de son film CNB dont le rayon de courbure est inférieur à un millimètre et qui peut être étiré jusqu'à 120 % de sa taille sans perdre sa conductivité, ce qui lui permet de s'adapter à tout type de forme. Par ailleurs, il améliore de 40 % le contrastecontraste d'un écran tactile en éliminant presque tout reflet. Selon les fondateurs de l'entreprise, anciens chercheurs de l'université d'Aalto en Finlande, ce film va révolutionner le design dans un grand nombre de domaines, à commencer par les appareils électroniques mobiles comme les smartphonessmartphones, les liseuses, les vêtements intelligents, les objets connectés, etc. Ce n'est pas tout... Canatu évoque aussi l'automobileautomobile, afin d'intégrer des surface tactilessurface tactiles à divers endroits d'un tableau de bord, ou encore l'électroménager, où ce film pourrait remplacer les boutons mécaniques. Des télécommandes, des souris informatiques ou d'autres types de contrôleurs pourraient aussi bénéficier de cette technologie tactile, sans parler de divers secteurs industriels ou médicaux.

Si les films à base de nanotubes de carbone existent déjà, leur fabrication est à la fois complexe et onéreuse. Mais Canatu dit maîtriser ce processus à l'échelle industrielle pour un coût nettement avantageux. Son procédé élimine les étapes chimiques de purification des nanotubes et convertit directement des gazgaz contenant du carbone en nanobuds qui sont déposés sur le film transparent en une seule étape. L'entreprise finlandaise est actuellement en mesure de produire chaque mois assez de films pour couvrir des « centaines de milliers » d'écrans tactiles pour smartphones. Et elle pense atteindre une production de millions d'unités dès l'année prochaine.