Cette Intelligence artificielle prédit le taux de criminalité une semaine à l’avance. © m.mphoto, Adobe Stock
Tech

Cet algorithme prédit les crimes une semaine à l'avance !

ActualitéClassé sous :intelligence artificielle , Algorithme , criminalité

[EN VIDÉO] Comment la police scientifique enquête sur une scène de crime ?  Sur une scène de crime reconstituée pour la démonstration, un policier-enquêteur détaille les minutieuses opérations à effectuer pour comprendre ce qu’il s’est passé et relever tous les indices. L’ADN sera recherché sur le mégot et sur la tasse. Une poudre visualisera les « traces papillaires », qui permettront peut-être d’obtenir des empreintes digitales. 

Des chercheurs américains ont créé une Intelligence artificielle capable de prédire le taux de criminalité une semaine à l'avance dans plusieurs villes des États-Unis, avec une précision de 90 %. Loin de vouloir identifier les criminels à l'avance, ils espèrent plutôt identifier les biais de la police.

Le monde dystopique du film Minority Report, où les criminels sont arrêtés avant de commettre un crime, pourrait bien devenir une réalité un jour. Toutefois, ce ne sera pas avec des dons comme la précognition, mais plutôt en se s'appuyant sur l'Intelligence artificielle. Dans un article publié dans la revue Nature Human Behaviour, des chercheurs de l'université de Chicago ont mis au point une IA capable de prédire le niveau de criminalité une semaine à l'avance dans un rayon de 300 mètres, avec un taux de précision de 90 %.

Les chercheurs ont analysé les données sur la criminalité de 2014 à 2016 à Chicago en divisant la ville en une grille où chaque carré mesure environ 300 mètres de côté. Ils ont ensuite prédit avec succès les niveaux de criminalité pour chaque carré pour les semaines suivantes. Ils ont obtenu des résultats similaires après avoir répété l'opération avec sept autres grandes villes aux États-Unis.

Une IA susceptible aux biais raciaux ?

Ce genre d'algorithme a été critiqué par le passé à cause des biais raciaux. La police de Chicago avait testé un algorithme pour repérer les personnes les plus à risques d'être impliquées dans des coups de feu, en tant qu'agresseur ou victime. Le hic ? 56 % des hommes noirs de 20 à 29 ans étaient sur la liste...

Les chercheurs indiquent que, dans leur cas, nous sommes loin de Minority Report car leur algorithme ne prédit que les lieux des crimes, pas les personnes impliquées. De plus, selon eux, leur outil peut être utilisé pour analyser les biais de la police. Ils ont notamment relevé que les crimes commis dans des quartiers aisés donnaient plus souvent lieu à des arrestations que dans les quartiers pauvres, soulignant une réponse biaisée de la police.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !