La luge est un sport de précision où l’impression 3D vient de démontrer son intérêt pour la création d’équipements adaptés à la morphologie des athlètes. © Dreef, Fotolia

Tech

JO 2018 : l'impression 3D rend les luges plus performantes

ActualitéClassé sous :impression 3D , JO 2018 , JO 2018 luge

L'équipe américaine de luge a travaillé avec le spécialiste de l'impression 3D Stratasys afin de fabriquer des équipements optimisés pour chaque athlète. À la clé, un résultat historique pour les États-Unis.

Si Chris Mazdzer est entré dans l'histoire en remportant la toute première médaille olympique (argent) pour les Etats-Unis en luge individuelle lors des JO 2018, c'est assurément grâce à son talent et son travail, mais peut-être aussi grâce à l'impression 3D.

En effet, l'équipe olympique américaine de luge a utilisé du matériel fabriqué sur mesure pour chaque athlète en employant la technologie de modélisation par dépôt de fil en fusion (Fused Deposition Modeling) développée par Stratasys. Cette solution d'impression 3D a permis de travailler au prototypage rapide de certaines pièces clés afin de les adapter à la morphologie de chaque compétiteur.

De « l’outillage sacrificiel » pour fabriquer des pièces creuses

Plus spécifiquement, les techniciens se sont servis de l'impression 3D pour fabriquer l'une des pièces les plus complexes de la luge, à savoir les mandrins qui servent à positionner correctement les jambes du pilote. Il s'agit d'une pièce creuse en fibre de carbone qui a été élaborée à l'aide d'un « outillage sacrificiel ».

Ce procédé consiste à envelopper les moules imprimés en 3D dans un matériau composite. Après le séchage de la pièce, celle-ci est trempée dans un bain à base de sodium pour dissoudre le moule. Ceci permet de créer de façon rapide et économique des pièces composites creuses complexes sans jointure. À l'aide de cette technique, l'ergonomie des luges de l'équipe olympique a pu être améliorée au fur et à mesure des essais.

Cela vous intéressera aussi