Expert Sciences

Pierre Barge

1954 -

Chercheur Astronomie

Classé sous :Astronomie
L'astronomie a toujours suscité intérêt ou fascination chez le public. C'est une science dont les origines remontent à la nuit des temps, à l'époque des premières civilisations. Aujourd'hui, avec la découverte des systèmes exo-planétaires, l'astronomie se tourne vers un autre questionnement qui intéresse aussi fortement le public : Existe-t-il, ailleurs dans l'Univers, d'autres mondes que le notre ? Existe-t-il d'autres formes de vie ou d'autres civilisations ? Merci à Futura-Sciences de nous aider à répondre en termes scientifiques aux interrogations du public en lui montrant les outils qu'il faut construire pour faire avancer nos connaissances et essayer des réponses. Parions que ce site éveillera des vocations chez les jeunes désireux de tenter l'aventure scientifique
Pierre Barge, Chercheur Astronomie

Biographie

Pierre Barge est né à Marseille en 1954 sous un ciel dont il aime la clarté et les nuits étoilées. Passionné d'astronomie, il fréquente un club d'astronomes amateurs et se lance dans la construction d'un petit télescope.

Après des études secondaires et une classe préparatoire au Lycée Thiers de Marseille, il entre à l'Université de Provence pour y poursuivre des études de mathématiques et Physique. Il poursuit ensuite un DEA d'Astrophysique à l'Observatoire de Meudon et soutient son doctorat de 3ième cycle en 1981 sur la dynamique des poussières interplanétaires.

Il est recruté en 1982 comme assistant dans le corps des astronomes à l'Observatoire de Marseille. Il prépare ensuite une thèse d'Etat sous la direction de René Pellat sur la dynamique et la croissance des « planétésimaux » (planétoïdes primordiaux, précurseurs des planètes) et soutient sa thèse à l'Université de Provence en 1991.

Il est depuis Astronome Adjoint à l'Observatoire de Marseille Provence au sein du Laboratoire d'Astrophysique de Marseille (LAM).

En 1993, il passe 18 mois à l'ENS de Lyon au sein du département de physique dirigé par J-P. Hansen où il travaille avec J. Sommeria sur un scénario de formation planétaire utilisant une analogie avec la tache rouge découverte par Cassini à la surface de Jupiter.

En 1994, il se lance dans la préparation de la mission spatiale CoRoT dont l'objectif est la découverte de systèmes exo-planétaires ; il est l'un des principaux responsables scientifiques de cette expérience pour la recherche des exoplanètes (le satellite sera lancé du cosmodrome de Baïkonour par une fusée Soyouz, en novembre 2006).

Parallèlement à la préparation de CoRoT il initie, au sein du LAM, une équipe de recherche sur les exo-planètes qui compte aujourd'hui 4 chercheurs titulaires, plusieurs doctorants et post-doctorants.

Il dispense aussi des cours à l'Université de Provence et participe à la diffusion de la culture scientifique (conférence grand public, exposition « Planètes d'Ailleurs », ...)

Métier

De nos jours, l'astronomie est une science qui exige de solides connaissances en mathématique et en physique mais, est aussi pluridisciplinaire. Les théories et modèles sont fondés sur l'observation des corps célestes qui nous entourent à l'aide d'instruments toujours plus complexes.

La production de données d'observation est une étape capitale dans le processus de production des connaissances. Les instruments nécessaires pour récolter ces données sont le fruit d'un travail associant : scientifiques, ingénieurs, techniciens et personnels administratifs.

Comme dans d'autres domaine de la recherche, le développement de l'astronomie passe par la réalisation d'instruments qui ne sont plus à portée d'une équipe ou d'un laboratoire. La préparation d'une mission spatiale est un projet nécessitant de multiples collaborations (nationales et internationales). Travail de longue haleine et quelquefois ingrat, il est cependant une des aventures humaines les plus riches que l'on peut vivre de nos jours.

Le traitement et l'interprétation des données requièrent aussi des connaissances multiples et un travail en équipe. Les modèles nécessaires à l'interprétation sont souvent complexes et s'appuient de plus en plus sur des simulations numériques qui permettent de rendre compte de conditions initiales très diverses et d'évolution sur de grandes échelles de temps.