Grâce à la découverte des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT, États-Unis) peut-être l’industrie produira-t-elle bientôt des plastiques plus facilement dégradables. © Jedsada Naeprai, Adobe Stock

Sciences

Des polymères qui se dégradent dans le corps et l’environnement

ActualitéClassé sous :chimie , polymère , dégradable

Des chercheurs sont parvenus à mettre au point des polymères plus facilement dégradables dans le corps tout comme dans l'environnement, en ajoutant simplement un monomère supplémentaire à la formulation de base. Ces polymères pourraient aussi bien être utiles pour administrer des médicaments ou porter des agents d'imagerie médicale que pour remplacer certains plastiques industriels.

La polymérisation par ouverture de cycle par métathèse (ROMP), c'est le nom que les spécialistes donnent à une réaction chimique qui permet de fabriquer des polymères pour des usages divers. Le plus souvent à partir de norbornène (C7H10), un hydrocarbure ponté auquel il est aisé, avant la réaction de polymérisation, d'ajouter des médicaments ou des agents d'imagerie médicale. L'ennui, c'est que les polymères ainsi produits ne se dégradent pas facilement.

Mais des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT, États-Unis) ont mis au point une méthode qui permet de les rendre plus dégradables, en ajoutant simplement un monomère. Un éther de silyle qui forme des liaisons chimiques que des acides ou des bases faibles ainsi que des ions de type fluorure sont capables de décomposer.

Un nouveau type de polymère conçu par des chimistes du Massachusetts Institute of Technology (MIT, États-Unis) incorpore un monomère particulier – ici en jaune – qui aide les polymères à se décomposer plus facilement dans certaines conditions. © Demin Liu, MIT

Un simple monomère en plus

Employé dans un ratio 1:1 avec le norbornène, l'éther de silyle - uniformément réparti sur l'ensemble de la structure moléculaire du polymère - aide à dégrader des structures polymères semblables à celles préparées par la méthode de ROMP.

Des tests sur des souris ont montré que ces nouveaux polymères restent aussi présents dans le corps que les anciens pendant les deux semaines suivant l'injection. Mais au bout de six semaines, les concentrations étaient entre trois et dix fois inférieures. De quoi donc débarrasser le corps bien plus rapidement de ces polymères employés comme des vecteurs de médicaments, par exemple.

Les chercheurs du MIT jugent par ailleurs que le procédé pourrait aussi s'appliquer de manière économiquement rentable à l'industrie du plastique et des adhésifs, notamment. De quoi rendre ces produits eux aussi plus dégradables.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Le plastique du futur sera biodégradable, robuste et intelligent  Comment produire du plastique tout en s’affranchissant de la dépendance au pétrole ? En Espagne, des chercheurs travaillent au développement d’emballages à partir de matières végétales. Ces « bioplastiques », plus respectueux de l’environnement, sont présentés par la chaîne Euronews dans ce nouvel épisode de Futuris.