Le cannabidiol, ou CBD, est désormais omniprésent : il existe des crèmes musculaires au CBD, des aliments au CBD, de l'huile de CBD et même des aliments et produits pour animaux au CBD. Il est censé guérir les douleurs et les petits maux, nous aider à mieux dormir, favoriser la régénération, réduire le stress et donner un pelage soyeux aux quadrupèdes. 

 

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Interview : le cannabis, une substance anticancérigène ? En France, la question du cannabis reste sensible puisque, selon les estimations, plus de 4 millions de personnes âgées de 12 à 75 ans en auraient déjà consommé. Ce stupéfiant fait l’objet de nombreuses études aux conclusions contradictoires. Futura est parti à la rencontre de Paul Hofman, directeur du laboratoire de pathologie de Nice et chercheur pionnier dans la détection du cancer du poumon, pour en savoir plus sur cette substance.

Il semble qu'il n'y ait guère de promesses que la machine marketing du CBD ne fasse pas, et cela porte ses fruits : selon une étude réalisée en 2021, 10 % de la population française âgée de 16 à 69 ans consommerait ou ont déjà consommé des produits à base de CBD mais ce n'est qu'un début. Le marché mondial du CBD atteindra 20 milliards de dollars en 2024, d'après une étude publiée dans Forbes. Avons-nous trouvé un produit médical miracle, la panacée sans effets secondaires, ou nous promet-on la lune ?

Qu'est-ce que le CBD ?

Le cannabidiol ou CBD est un cannabinoïde, un composé naturel de la plante de cannabis. Cette molécule non psychoactive possède des vertus médicinales intéressantes pour l'humain car elle interagit avec le système endocannabinoïde. Le CBD aurait ainsi des propriétés apaisantes et anti-inflammatoires, il est utilisé dans la confection d'huiles CBD, et d'autres produits pour le bien-être.

L'histoire des médicaments à base de cannabis remonte à des millénaires. Selon une légende chinoise, il y a 5 000 ans, l'empereur chinois Shennong recommandait déjà le thé de marijuana pour traiter la goutte, les rhumatismes, la malaria et les troubles de la mémoire. Dans l'Égypte ancienne, la marijuana était utilisée contre la fièvre et la douleur, et en Europe, Pedanios Dioscoride, le médecin de l'empereur romain Néron, l'a décrite comme un remède contre les maux d'oreilles. Dans le monde islamique, elle était utilisée au Moyen Âge (comme aujourd'hui) comme analgésique, anti-inflammatoire et remède contre l'épilepsie. Cela s'est poursuivi ainsi dans le monde entier pendant des siècles — jusqu'au XXe siècle, lorsque la réglementation sur l'utilisation des médicaments s'est durcie et que le cannabis a été largement interdit.

Le cannabidiol s'utilise sous différentes formes dont l'huile. © 24K-Production, Adobe Stock
Le cannabidiol s'utilise sous différentes formes dont l'huile. © 24K-Production, Adobe Stock

Ce n'est qu'en 1940 que le CBD a été isolé de la plante, puis le THC (tétrahydrocannabinol) en 1964. En fait, le CBD et le THC ne sont que deux des plus de cent composés chimiques identifiés à ce jour issus du chanvre, et les chercheurs continuent à en trouver d'autres. Le THC est une substance psychoactive, ce qui signifie qu'il affecte le fonctionnement du cerveau et provoque des changements d'humeur et de comportement. D'autres exemples de substances psychoactives sont l'héroïne, le LSD et la cocaïne, mais aussi l'alcool, la caféine et la nicotine. Le CBD n'en fait pas partie, il n'a pas d'effet psychoactif, ne crée pas de dépendance et ne provoque pas d'ivresse. En fait, une étude du King's College de Londres semble montrer que le CBD a un effet en quelque sorte équilibrant et calmant précisément les zones du cerveau qui sont stimulées par le THC. L'Organisation mondiale de la Santé a constaté que le CBD seul « ne semble pas présenter de risque d'abus ni de risque pour la santé ». Le CBD semble donc relativement inoffensif.

Effets CBD : Comment le CBD agit-il exactement ?

Graeme Close est professeur de psychologie humaine à la Liverpool John Moores University et s'occupe du CBD. Que peut-il nous dire sur la façon dont il agit sur le corps humain ? « Pas grand-chose, avoue-t-il. La recherche a pris beaucoup de retard dans ce domaine parce que le CBD a été interdit pendant si longtemps. Même aujourd'hui, il est encore difficile pour moi, en tant que scientifique, d'obtenir l'accord du comité d'éthique compétent pour pouvoir mener les études dont nous avons besoin ».

Ce que nous savons jusqu'à présent sur le CBD est certes fascinant. Le corps humain le produit lui-même. Ces cannabinoïdes naturels, « endogènes », se couplent à des récepteurs spéciaux dans le cerveau et envoient des messages entre les cellules nerveuses dans tout le système nerveux. « Il s'agit d'une méthode importante de gestion de la douleur par le corps humain, explique Close. En fait, nous n'avons découvert le système endocannabinoïde humain que lorsque nous avons regardé ce que faisaient les cannabinoïdes contenus dans la plante de cannabis. Nous avons réalisé que le corps produit des composés chimiques qui se fixent sur ces récepteurs — un peu comme une serrure et une clé — et que lorsque la clé tourne dans la serrure, toutes ces choses étonnantes se produisent dans le corps humain. La probabilité qu'un cannabinoïde végétal comme le CBD parvienne à se connecter à ce même système est probablement d'environ une sur un million ». Mais cela s'est quand même produit.

Mais qu'est-ce que cette clé peut ouvrir exactement ? « Il existe des preuves que le CBD peut aider à traiter la douleur, l'anxiété et les troubles du sommeil, trois domaines d'application extrêmement importants du point de vue de la santé, explique le professeur Close. D'un point de vue scientifique, un seul mécanisme est certainement à la base de ces trois effets. Mais pour l'instant, je dois avouer que l'état de la recherche ne suffit pas à le démontrer. Les recherches doivent être poursuivies ».

Le CBD est-il efficace contre la douleur ?

Danielle McCartney est chercheuse à la Lambert Initiative for Cannabinoid Therapeutics à l'université de Sidney. Elle aussi souligne que la science du CBD n'en est qu'à ses débuts. « Le CBD est l'un de ces mystérieux composés chimiques dont nous ne savons tout simplement pas comment ils font toutes ces choses, explique-t-elle. J'ai lu une étude sur les voies par lesquelles le CBD interagit, et elle a mis en évidence plus de 60 cibles moléculaires. Il a donc tendance à interagir avec beaucoup d'éléments très différentes, et cela rend extrêmement difficile de comprendre exactement pourquoi il a un effet thérapeutique particulier ».

Si l'on en croit les publicités et les témoignages d'utilisateurs enthousiastes, le CBD fait des merveilles pour soulager la douleur. En effet, il existe quelques preuves scientifiques, mais avec une grande réserve : « Malheureusement, la plupart des études sur la douleur ne considèrent pas le CBD comme une substance isolée, explique Graeme Close. Elles étudient le rôle des cannabinoïdes dans le traitement de la douleur, mais ont recours à des produits dits à spectre complet qui ne contiennent pas seulement du CBD, mais aussi tous les autres cannabinoïdes, terpènes et autres. Les études sur le CBD seul sont donc limitées. Mais ce que nous savons, c'est qu'il y a des récepteurs cannabinoïdes sur les neurones de la douleur et que ceux-ci ont un effet analgésique. La théorie est donc que si nous parvenons à stimuler ces récepteurs avec des cannabinoïdes exogènes, nous pouvons produire le même effet. Cela a été assez bien prouvé par des études, mais celles-ci ne concernent à nouveau pas le CBD seul. Dans une étude, différentes combinaisons de THC et de CBD ont été comparées, et les meilleurs effets ont été obtenus, et de loin, lorsque le THC et le CBD étaient présents, et les pires lorsque seul le CBD était présent. Mais cela semblait tout de même avoir un certain effet positif ».

Dans le sport par exemple, compte tenu de la violence des affrontements et des blessures auxquels sont exposés les joueurs de rugby de haut niveau, il n'est pas surprenant que l'utilisation du CBD ait augmenté parmi les actifs. Graeme Close a participé à une étude qui a révélé que 26 % des joueurs de rugby professionnels interrogés avaient essayé l'huile de CBD et que 8 % l'utilisaient au moment de l'étude. Parmi les joueurs plus âgés, 40 % l'avaient essayée — ce que les scientifiques ont attribué à l'augmentation des problèmes de douleur au cours d'une carrière sportive.

Nous avons donc encore beaucoup à apprendre sur l'interaction entre les différents cannabinoïdes. Et il y a une autre raison pour laquelle il est si difficile d'obtenir des données solides sur la douleur : le domaine d'étude est « follement complexe », comme le dit Danielle McCartney. « Si vous regardez un certain échantillon de la population et tous les différents médicaments que ces personnes prennent, toutes sortes d'autres médicaments entrent en jeu et des interactions de toutes sortes. De plus, il existe de nombreux types de douleurs et il n'est pas toujours possible de déterminer clairement d'où elles proviennent. Le CBD est sans aucun doute un sujet passionnant à cet égard, mais il est vraiment difficile d'obtenir de bonnes données ».

Le CBD permet-il de mieux dormir ?

La qualité du sommeil est un autre domaine dans lequel le CBD suscite de grands espoirs. Tout le monde sait qu'un bon sommeil est indispensable à la récupération et à la bonne humeur. Mais, dans notre monde occupé, bruyant et stressant, il n'est pas toujours facile d'en avoir suffisamment. Alors, si le CBD peut nous aider à mieux dormir et plus longtemps, devrions-nous en prendre ?

« Une étude récente suggère que si les troubles du sommeil sont dus à l'anxiété, il y a de bonnes chances que [le CBD] puisse aider, poursuit Graeme Close. Mais si vous dormez mal pour d'autres raisons — par exemple parce que vous avez mal aménagé votre chambre à coucher ou parce que vous jouez avec votre smartphone ou votre ordinateur avant d'aller vous coucher —, cela ne vous aidera pas ou peu ». Le professeur Close dit qu'on lui demande souvent s'il en prend lui-même, et que les gens sont toujours surpris quand il répond par la négative, alors que le CBD est son domaine d'expertise. « Mais je dors bien, dit-il. Alors pourquoi devrais-je en prendre ? »

Donc, avant de recourir au CBD comme prétendue panacée pour les nuits blanches, essayez d'abord de comprendre pourquoi vous dormez si mal et assurez-vous que vous avez éliminé les causes évidentes et solubles. Une fois cela fait, il pourrait être intéressant d'essayer le CBD pendant un certain temps. McCartney est d'accord : « Certains modèles commencent à se dessiner dans les données. Cela doit encore faire l'objet de recherches approfondies, mais il semble que le CBD puisse aider les personnes qui dorment mal pour des raisons telles que l'anxiété ou même la douleur, à mieux dormir ».

Le CBD aide-t-il à lutter contre l'anxiété et dans les situations de stress ?

Danielle McCartney a récemment rédigé une revue complète de l'état de la recherche concernant l'utilisation du CBD dans le sport. L'un des domaines dans lesquels le CBD semble clairement efficace est la réduction de la nervosité. « Je dirais que les preuves les plus prometteuses à ce jour concernent l'effet anxiolytique du CBD, dit-elle. Il y a encore beaucoup de travail à faire, mais c'est l'un des rares domaines dans lesquels nous disposons d'études cliniques qui montrent un effet positif par rapport au placebo et à d'autres médicaments ». Une réduction de l'anxiété dans les situations de stress, telles que les compétitions sportives, serait clairement quelque chose dont chaque athlète pourrait bénéficier — ou toute personne souffrant d'anxiété en général. « C'est encore le même mécanisme, dit Graeme Close. Et il me semble que c'est là qu'il a le plus d'impact ».

Le CBD a-t-il des effets sur la musculature ?

Mais le CBD pourrait avoir d'autres effets positifs sur le corps, que nous commençons tout juste à découvrir. Graeme Close cite des études qui indiquent qu'il favorise la régénération musculaire, ce qui serait extrêmement important pour les athlètes de tous niveaux. « Nous essayons d'étudier cela de plus près dans mon laboratoire sur des cellules et des souris, dit-il. Chaque fois qu'un muscle est endommagé, il doit être capable de se régénérer, sinon nous n'aurions plus de muscles fonctionnels. Il existe de premières indications selon lesquelles le CBD peut soutenir ce processus de régénération. Cela a été démontré aussi bien dans des cultures cellulaires que dans des modèles de souris, par exemple pour la dystrophie musculaire, qui s'accompagne d'une grave perte de substance musculaire. Il semble qu'il n'agisse pas seulement sur ces récepteurs, mais qu'il ait également un effet anti-inflammatoire ».

En favorisant la régénération musculaire, il accélérerait la récupération après l'entraînement et favoriserait les adaptations à l'entraînement. Il semble donc que le CBD pourrait être une sorte de molécule miracle, même si c'est toujours sous réserve que des recherches supplémentaires soient nécessaires

 Les études scientifiques montrent que le cannabidiol est plus efficace en usage interne qu'en usage externe. © Azahara MarcosDeLeon, Adobe Stock
 Les études scientifiques montrent que le cannabidiol est plus efficace en usage interne qu'en usage externe. © Azahara MarcosDeLeon, Adobe Stock

Quels sont les arguments contre le CBD ?

Si les résultats des recherches indiquent que le CBD a des effets anti-inflammatoires, qu'il protège les nerfs, qu'il réduit l'anxiété et qu'il soulage la douleur, pourquoi les spécialistes sont-ils encore si prudents ? Eh bien, c'est en premier lieu à cause d'une restriction très importante : beaucoup de ces résultats sont provisoires, ne concordent pas toujours et proviennent pour la plupart non pas de joueurs de rugby, de coureurs ou même de personnes qui s'assoient dans leur salon, mais de souris.

De plus, il existe des problèmes de contrôle de la qualité. Ainsi, dans le cadre d'une étude récente, 25 produits ont été contrôlés et il s'est avéré que seuls trois d'entre eux contenaient ne serait-ce qu'une quantité de CBD proche de celle indiquée sur l'emballage. Dans une autre étude, 84 échantillons ont été analysés et il s'est avéré que seuls 26 contenaient la quantité prétendue. Mais ce qui est vraiment inquiétant, c'est que 18 d'entre eux contenaient plus de THC que ce qui était indiqué. C'est un problème pour les sportifs de haut niveau et les citoyens, car le THC, même en quantités infimes, figure sur la liste des substances dopantes de l'AMA mais aussi dans la liste des drogues interdites. Les produits CBD vendus en France ne peuvent pas contenir plus de 0,3 % de THC, mais même cela serait plus que suffisant pour une suspension. Les sportifs et tous ceux qui souhaitent éviter le THC doivent veiller à ne se procurer du CBD qu'auprès de sources qui testent correctement chaque lot.

La situation pourrait changer grâce à une loi européenne sur les nouveaux aliments, le Novel Food Act, qui s'applique également au CBD depuis janvier 2019. Cela signifie que les fabricants de produits à base de CBD ont dû demander une autorisation afin de pouvoir les maintenir sur le marché. Les procédures d'autorisation sont toujours en cours et les produits peuvent rester sur le marché jusqu'à ce qu'ils soient testés. Il se pourrait toutefois qu'une grande partie soit retirée du marché. « Espérons que nous nous débarrasserons alors des charlatans et que seules les marques fiables resteront, déclare le professeur Graeme Close. Actuellement, on peut dépenser une tonne d'argent sans vraiment savoir ce que l'on obtient en échange et comment le percevoir. Mais il y a quelques marques vraiment fiables qui investissent dans la recherche et font de leur mieux pour répondre à ces questions ».

Une autre option intéressante est le CBD synthétique aussi appelé CBD pur ou isolat de CBD. L'avantage est que le CBD, qui est produit artificiellement en laboratoire plutôt qu'à partir de plantes de chanvre, est totalement exempt d'autres cannabinoïdes. Cela signifie que tout le monde — sportifs professionnels ou amateurs — peut être sûr que le produit est « propre ». Ce que nous ne savons pas, en revanche, c'est l'efficacité du CBD, dont ces autres composés chimiques sont absents.

Tous les experts s'accordent en outre à dire qu'une autre question mérite d'être clarifiée, à savoir la dose et la forme sous lesquelles le CBD est le plus efficace. Bien qu'il existe aujourd'hui toutes sortes de produits contenant du CBD — de la crème pour les mains à la crème glacée —, les études scientifiques montrent, comme on pouvait s'y attendre, qu'il est plus efficace en usage interne qu'en usage externe. « Je ne veux absolument pas faire de la publicité pour le vapotage ou le tabagisme, mais si l'on devait établir un classement en fonction de l'efficacité, ce serait probablement la méthode la plus efficace pour le faire pénétrer dans le système corporel, explique Close. Ensuite viennent les gouttes sous la langue, puis les comprimés. On sait encore très peu de choses sur les crèmes et ce genre de choses ». Et si on mettait quelques gouttes dans le café et qu'on le buvait ? « Eh bien, ce n'est pas du tout une méthode sérieuse pour ingérer quoi que ce soit ».

Il est également impossible de répondre à la question de la quantité adéquate. Des études suggèrent que le système endocannabinoïde humain fonctionne différemment pour chaque individu, de sorte que le CBD peut ne pas agir de la même manière pour tous. « Nous savons que l'Autorité européenne de sécurité des aliments a fixé la limite maximale de sécurité à 70 mg par jour, explique Graeme Close. Mais nous ne savons pas si c'est une dose efficace ». Et si l'étiquette sur la bouteille indique qu'une huile de CBD contient 1 000 mg de CBD, cela se réfère au contenu total de la bouteille. Mais quelle est la quantité contenue dans quelques gouttes ?

Le CBD est-il dangereux pour la santé ?

Même si beaucoup de choses restent incertaines ou du moins non prouvées, nous savons tout de même que le CBD est relativement inoffensif pour la santé. « Si vous pouvez obtenir des produits de qualité qui contiennent ce qui est écrit dessus, il est prouvé que le CBD est très sûr, déclare Danielle McCartney. La dose la plus élevée administrée dans une étude dont j'ai lu les résultats était de 6 000 mg en aigu. En revanche, ce que l'on trouve sans ordonnance contient généralement moins de 100 mg. Ce qui me préoccupe, si tant est qu'il y en ait, ce sont les interactions avec d'autres médicaments : le CBD semble être assez bon pour interagir avec d'autres substances ; donc si vous prenez beaucoup d'autres médicaments, cela pourrait être problématique ».

Close recommanderait-il donc le CBD ? « Je suis quelqu'un de prudent, dit-il. Dans l'état actuel des choses, où les entreprises de confiance ont du mal à commercialiser leurs produits et à conseiller les personnes intéressées, et où les entreprises moins fiables prennent le train en marche, je pense que nous devons être prudents ».

Et pourtant, Close reste optimiste. « On pourrait peut-être qualifier de modérément enthousiaste ma position actuelle en tant que chercheur sur le CBD, car il s'agit de l'un des développements les plus passionnants qui aient eu lieu depuis un certain temps dans le domaine du bien-être. Il n'y a rien de comparable à ce qui est nouveau et qui a vraiment le potentiel d'aider les gens. Le problème, c'est que les consommateurs ont tendance à s'emparer très tôt des nouveaux développements. Mais je suis prudemment optimiste et impatient d'entrer dans le laboratoire ».

Et combien de temps devrons-nous encore attendre avant d'avoir une image plus claire ? « Je pense que dans deux ans, nous en saurons beaucoup plus, et que dans cinq ans, il y aura beaucoup d'études scientifiques prouvant l'efficacité du CBD, répond Close. Je n'en suis pas encore au point de le recommander, parce que je viens de commencer mes recherches sur le sujet et qu'il y a beaucoup de questions non résolues. Mais en tant que scientifique, je pense qu'il est de notre devoir de faire de la recherche, et c'est un nouveau domaine de recherche passionnant ».

À quoi faut-il faire attention lors de l'achat de produits à base de CBD ?

  • Veillez à ce que les ingrédients soient indiqués de manière sérieuse. Sur des sites de CBD tels que Kanaleg.com, des certificats d'analyse sont attribués aux produits qui ont été testés par un laboratoire externe. Celui-ci confirme que le produit contient exactement ce qui est indiqué sur l'étiquette, par exemple la teneur correcte en CBD, et qu'il ne contient pas de THC ni de substances potentiellement nocives.
  • Prenez conscience de la signification réelle des indications sur l'étiquette. Si vous lisez par exemple 500 mg, il s'agit de la quantité de CBD contenue dans le flacon entier. Vous devez alors calculer vous-même la quantité dont vous avez besoin pour atteindre votre dose quotidienne préférée.

Source : Rapport du marché mondial par Grand View Research

Article réalisé en partenariat avec Kanaleg