En focalisant l'IRMIRM sur un seul organe, on pourrait croire que les autres ont disparu. Ainsi, le cœur semble être le seul occupant de cette cage thoracique. Heureusement pour cette personne, tous les autres viscères sont aussi à leur place.

© IR4M, CNRS, université Paris-Sud