Santé

Des informations encourageantes

Dossier - Touche pas au tabac !
DossierClassé sous :médecine , artère , cancer

-

Première cause de mortalité évitable, le tabac tue 60 000 personnes chaque année en France, il est responsable d'un décès par cancer sur trois mais aussi de risques associés d'infarctus du myocarde et de mort subite.

  
DossiersTouche pas au tabac !
 
  • Un cinquième de fumeurs en moins en 2003 chez les jeunes parisiens

Les jeunes parisiens se laissent moins avoir par le tabac.

Les résultats de l'enquête annuelle 2003 de Paris Sans Tabac conduite avec la CPAM et l'Académie viennent de tomber le 6 mai 2003.

Alors que le taux de tabagisme quotidien des collégiens et lycéens était stable depuis 10 ans à 25% (22% chez les garçons et 27% chez les filles), on assiste en 2002-2003 à une baisse historique du tabagisme.

Il n'y a « plus que » 20% des jeunes scolarisés dans les collèges et lycées de Paris qui fument quotidiennement (23% des filles et 16% des garçons). La baisse est plus importante chez les garçons avec un quart de fumeur en moins (-27%) que chez les filles où elle n'est que d'un septième (-14%). Cette diminution du taux de fumeurs touche toutes les tranches d'âges et ne s'accompagne pas d'une augmentation du taux d'ex-fumeurs qui reste en dessous de 5% : on assiste bien à une baisse de l'initiation du tabagisme.

Cette baisse fait suite à un changement de l'image du tabac chez les jeunes qui n'est plus une « norme » obligatoire comme l'a montré la récente enquête jamais la première de la Fédération Française de Cardiologie.. on peut maintenant s'intégrer à un groupe sans être fumeur.

Les campagnes nationales de l'INPES je veuxlaverite.com et jesuismanipule.com ainsi que les très nombreuses actions locales conduites chez les élèves de Paris changent la norme sociale des jeunes.

L'association Paris Sans Tabac, qui conduit cette enquête, intervient ainsi par diverses actions auprès de 25 000 élèves chaque année et ceci dans plus de 100 établissements. A la demande du rectorat, tous les médecins scolaires et toutes les infirmières scolaires de l'Académie de Paris ont été formés à la prise en charge du tabagisme par Paris Sans Tabac. Le concours classe non-fumeur, les actions de la Mairie de Paris, de la CPAM de Paris, du CRESIF (aujourd'hui je ne fume pas), du Comité de Paris contre les Maladies Respiratoires (école sans tabac) et toutes les actions coordonnées par l'Académie de Paris portent ainsi leurs fruits.

Une meilleure application de loi Evin, réclamée avec force par le chef de l'Etat dans sa « déclaration de guerre au tabac » de mars 2003, une aide aux enseignants à régler leurs propres problèmes avec le tabac et la nouvelle impulsion attendue par la mise en place de la lutte contre le tabac qui sera annoncée pour la Journée Mondiale Sans Tabac devraient accélérer cette dénormalisation et sauver des milliers de vie.

En effet si le tabagisme restait au niveau où il est, dans une classe de 30 élèves, 15 deviendraient fumeurs réguliers, 10 le resteraient et 5 en mourraient prématurément ; soit 25 000 morts prématurés attendus parmi les élèves actuellement scolarisés dans les collèges et lycées de Paris !

Les données nationales, quand elles seront disponibles pour 2003, devraient confirmer cette baisse constatée à Paris, car les chiffres de Paris ont toujours évolué de façon parallèle à ceux de la province.

Ces bons résultats prouvent la pertinence des actions conduites en direction des jeunes scolarisés, ils sont une invitation à intensifier les efforts vers un système scolaire totalement débarrassé du tabac afin que les jeunes n'en sortent plus dépendant de la cigarette.

Une consommation tabagique en forte baisse

Entre 1999 et 2003, on compte 1,8 million de fumeurs déclarés de moins au moment de l'enquête (15,3 millions en 1999 et 13,5 millions en 2003) . La proportion de fumeurs dans la population (prévalence) est passée de 34,5% en 1999 à 30,4% en 2003 soit une chute de 12%.

Cette baisse de la prévalence est parallèle avec la diminution constatée des ventes de cigarettes, particulièrement jusqu'à 2003 (- 13,5%).
Chez les ex-fumeurs, 14,2% déclarent s'être arrêtés dans l'année écoulée. Ils étaient seulement 9,2% en 1999 (+54%).
De surcroît, ceux qui continuent à fumer ont réduit significativement leur consommation : alors qu'ils fumaient 14 cigarettes en moyenne par jour en 1995, ils n'en fument plus que 11,6 en 2003.

Les femmes et les jeunes, premiers bénéficiaires de la baisse de la consommation

Les femmes et les 15/25 ans constituent les populations les plus résistantes au phénomène de baisse. Or, ces populations sont particulièrement exposées car il existe d'une part des risques spécifiquement féminins et d'autre part une corrélation entre l'âge d'entrée dans le tabagisme et les risques encourus.

Aujourd'hui, on constate pour la première fois que ces deux populations prioritaires sont les plus concernées par la baisse de la consommation.

La diminution du tabagisme féminin en France atteint 18%. Elle est deux fois plus élevée que celle des hommes. (Hommes : de 38,3% en 1999 à 35,7% en 2003 ; Femmes : 30,8% en 1999 et 25,3% en 2003).

De même, la diminution tabagique chez les 15/25 ans s'élève à 18,3%. Elle est également deux fois plus forte que celle des 25/75 ans (15/25 ans : 44,5% en 1999 et 36,4% en 2003 ; 25/75 ans : 32,2% en 1999 et 29,0% en 2003).

Une motivation à l'arrêt extrêmement forte

On observe un nombre croissant de fumeurs déclarant avoir envie d'arrêter de fumer (58% en 1999 ; 66% des fumeurs en 2003). Aujourd'hui, près de deux fois plus de fumeurs déclarent avoir envie d'arrêter de fumer dans le mois à venir (12% en 1999 contre 22% en 2003), or plus le délai projeté est court, plus la motivation est grande.
Enfin, le prix devient une motivation primordiale pour arrêter de fumer puisque il est la 2ème raison invoquée (4ème place entre 1999), la première restant les conséquences sur la santé. Chez les fumeurs qui veulent arrêter dans le mois, 68,3 % citent le prix comme principale motivation à l'arrêt. De plus, le prix est cité par près de la moitié (46%) des fumeurs ayant arrêté depuis moins d'un an contre 11% pour ceux ayant arrêté depuis plus d'un an.