au sommaire


    La multiplication des lymphocytes T

    La multiplication des lymphocytes T

    "Quel est le rêve de toute cellule, devenir deux cellules". C'est par cette formulation célèbre que notre illustre prix nobel, François JacobFrançois Jacob, résumait en quelque sorte le but du vivant. Nulle cellule mieux que le LT ne répond sans doute à cet adage. Grossir et se diviser le plus vite et le plus efficacemment possible, voilà en effet son objectif quand il identifie l'intrus contre lequel il a été programmé. Rappelons-le en effet, un des buts majeurs de la réponse immune est l'amplification clonale, processus par lequel quelques « guerriers » isolés vont donner naissance à une véritable armée. Pour y parvenir le LT va faire appel à un véritable maillage interne de voies dites de signalisation faisant intervenir de nombreuses « cascades » enzymatiquesenzymatiques et des dizaines de molécules intracellulaires.

    - Figure : 9

    - Figure : 9

    Légende : Dans cette expérience des conjugués formés entre des LT et des DC ont été analysés 30 min après le début du contact pour leur contenu en protéinesprotéines phosphorylées sur tyrosinetyrosine (marquage en rouge). On observe très clairement le fort marquage dans la synapsesynapse, indiquant que la reconnaissance de l'antigèneantigène par le LT a déclenché l'activation de tyrosine kinaseskinases.

    Une classe particulière d'enzymes, les tyrosine kinases, mises en œuvre après l'activation du récepteur T, et dont l'action va entraîner la phosphorylationphosphorylation sur tyrosine de très nombreuses protéines, est particulièrement importante dans ce processus (voir la figure 9). Un schéma brièvement commenté est montré dans la figure 10 afin que le lecteur prenne bien conscience de la complexité des processus engagés !

    - Figure : 10

    - Figure : 10

    Légende : La reconnaissance par la cellule T de peptidespeptides associés aux molécules du CMHCMH à la surface des DC implique le complexe moléculaire du récepteur T, constitué de l'association non covalente entre le TCR et les chaînes invariantes , , et du CD3. Ces différentes chaînes possèdent dans leur partie intracellulaire des motifs ITAM (pour « Immunoreceptor Tyrosine-based Activation Motif ») riches en tyrosine. L'évènement initiateur de la cascade signalisatrice dans la cellule T est le recrutement et l'activation de tyrosines kinases de la famille Src, Lck et/ou Fyn, associées au domaine intracytoplasmique de molécules de costimulation (CD4 et CD8 notamment). Ces kinases phosphorylent les tyrosines des motifs ITAMs du CD3, permettant le recrutement d'une autre tyrosine kinase, ZAP-70. ZAP-70 phosphoryle à son tour différents substrats dont la protéine adaptatrice LAT (linker for activation of T cell) qui joue un rôle crucial dans l'activation T en servant de site d'ancrage à de nombreux acteurs de la signalisation, dont les plus importants sont indiqués sur cette figure. On imagine aisément à la vue de ce schéma la complexité des interactions moléculaires et des processus de régulation engagés en aval de la synapse immunologique, nous empêchant de rentrer dans une description détaillée de ces phénomènes.

    Les décrire de façon exhaustive n'aurait guère d'intérêt ici et déborderait largement le cadre de ce texte. Je tenterai néanmoins d'en l'illustrer un aspect sur lequel mon équipe travaille plus particulièrement et en rapport direct avec le processus d'amplification clonale : la voie de la PI3-kinase.