Bientôt le sport en pilule grâce au transfert de sang ?

Classé sous :Sport , bénéfices du sport , inflammation du cerveau

Bénéficier des bienfaits de l'exercice physique tout en restant affalé sur son canapé, c'est possible. Enfin, chez la souris. Des chercheurs de l'université de Stanford en Californie ont ainsi découvert que des souris sédentaires auxquelles on injecte du plasma de souris active présentent davantage de cellules cérébrales et moins d'inflammation, à l'instar de leurs cousines qui avaient couru dans une roue pendant 28 jours. Ces souris obtiennent aussi de meilleures performances à des tests de mémoire et d'apprentissage.

Il semblerait que le sport altère l'expression de certains gènes. Certaines protéines, dont le taux augmente avec l'activité physique, auraient ainsi la capacité de réduire l'inflammation dans le cerveau, suggèrent les chercheurs, dont l'étude a été publiée sur le site de pré-publication bioRxiv. La clusterine, en particulier, semble jouer un rôle important. Les chercheurs ont constaté que des individus souffrant de troubles cognitifs légers voyaient leur taux de clusterine augmenter après 6 semaines de sport, s'accompagnant d'une meilleure endurance et d'un accroissement de leur capacité aérobie.

La clusterine pourrait-elle constituer de « l’exercice en pilule » ? Probablement pas, car les innombrables bienfaits du sport ne peuvent pas être reproduits avec une seule protéine. Cette piste pourrait cependant être utilisée pour les personnes n'étant pas en mesure de faire du sport, comme des patients atteints d'arthrite invalidante. À moins que cela ne fournisse une nouvelle idée de dopage...

Une souris sédentaire à laquelle on injecte du sang de souris ayant couru pendant 28 jours dans une roue bénéficie des mêmes bienfaits physiques. © BillionPhotos.com, Adobe Stock